Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet
AccueilEspace documentaireBannière de procession

Bannière de procession

Art religieux
Une procession à Dinan
Une bannière de procession est un type d’étendard.
On trouve traces des premières bannières à Rome, au VIème siècle. L’époque, ce sont des croix de procession décorées de fanions rouges.
Elle est composée d’une pièce d’étoffe de grande dimension, richement décorée et enjolivée, suspendue à un long manche, de manière libre ou flottante. 
Une bannière est toujours bien visible dans son entier, recto et verso. La bannière est un emblème qui se doit d’être visible. Elle est sortie lors des processions, d’où son nom de « bannière de procession » ! Elles apparaissent aussi lors des pèlerinages, Pardons ou tout autre évènement de confréries, communautés, associations ou sociétés. 
La bannière est un moyen d'identification, car portée haut et fièrement, pour être vue de loin.
Elle est, en général, de forme rectangulaire et prend parfois la forme d’un blason avec les bords du bas sont arrondis et se rejoignent au centre, en une pointe. Vous pourrez remarquer d’autres formes, dont celle très typiques des bannières du XIXème siècle : triple pointes dont deux demies.
Sur le pourtour de la bannière, des franges et des pompons terminaux ont été cousus.
La bannière est suspendue depuis le bord supérieur, formé par un ourlet creux ou des pattes. C’est là que passe un bâton droit, des extrémités ou au centre duquel, partent deux liens ou cordons, qui fixent la bannière au manche et qui la maintiennent droite et plate.
Le manche est souvent en 2 parties emboitables, pour un rangement facilité.
En lire plus
La bannière est quasiment toujours ornée sur les deux faces : une principale, que l’on met face à la foule, pour être vue et une autre secondaire, moins décorée ou chargée de textes, qui vient compléter la face recto.
Les motifs qui ornent ces belles pièces de tissu (brocards, soie, lampas, taffetas, velours, …  jamais un simple coton ou un lin rugueux !) sont principalement brodés mais de nombreuses bannières furent également peintes. 
Il est important de noter que les décors principaux, lorsqu’ils sont brodés, furent réalisés à part puis rapportés sur le support. Vous constaterez aussi que certains visages sont en papier, insérés dans la broderie.
C’est principalement un décor religieux qui est réalisé, car nombreuses sont les confréries à être sous la protection d’un saint patron. Bien souvent, ce motif principal est accompagné d'inscriptions qui permettent d’identifier le saint personnage représenté, ainsi que la confrérie, l’église ou société qui lui est attachée. La bannière de pèlerinage, souvent laissée au sanctuaire par les pèlerins, sert d’ex-voto.
 
Le port de la bannière est souvent plus difficile qu’il n’y parait mais l’honneur qu’il procure en la portant efface tous les tracas.
Les grandes bannières figurant de vastes scènes peintes sur toile, à deux hampes, doivent être portées par quatre hommes.
De nombreuses bannières passent en vente chaque année, vous n'aurez que l'embrassas du choix au moment de l'achat!

Galerie photos