Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet
AccueilEspace documentaireBâton de procession

Bâton de procession

Art religieux
Sainte Vierge de procession
Un bâton de procession est un objet de culte (ou « cultuel »), présent dans les rites catholiques qui trouve sa place dans les processions, pardons et pèlerinages.
Il est formé d'un long manche nommé "hampe", très souvent surmonté d’un pinacle, un baldaquin ou d’un dais dans lequel loge le saint personnage vénéré. Il n’y a parfois aucune architecture autour de la statuette.
Ces figurines ou petites statues réalisées dans du bois sont richement polychromes et dorées, tout comme le manche, qui permet de porter le petit édifice.
Il arrive que deux angelots porte-cierges prennent position de part et d’autre du personnage.
Le bâton de procession est le complément de la bannière de procession mais les bâtons étaient très souvent portés par des religieux, alors que les bannières étaient portées par des membres de la communauté.
 
Autrefois, presque toutes les sociétés, associations, congrégations, confréries ou associations de métiers possédaient plusieurs bâtons de procession. En observant attentivement, selon la nature de l'emblème ou du saint, il est aisé de distinguer les bâtons de corporations, de ceux appartenant aux confréries, aux guildes ou encore aux congrégations religieuses car toutes ces associations de personnes se mettaient sous la protection d’un saint patron emblématique.
En lire plus
Vous vous demandez ce qu’est une confrérie ?
Ces associations voyaient autrefois le jour dans le but de regrouper des fidèles pour faire pénitence.
La religion catholique avait une place prépondérante dans la société. Elle réglait la vie par des rites, des temps qui rythmaient la vie quotidienne comme la messe du dimanche, le temps du Carême, de l’Avent, les feux de la Saint Jean,…
Petit à petit, de nombreuses confréries se sont constituées à effectuer une ou plusieurs actions sociales au sein du village ou de la ville, comme organiser les enterrements, apporter des soins aux malades, prendre en charge le Mont-de-Piété, aider dans un orphelinat, accueillir des pèlerins de passage, apporter des repas aux plus fragiles, …
Chaque confrérie portait un nom : conférie du « Saint Esprit », du « Saint Sépulcre », du « Saint Suaire », du « Très Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus Christ », de la « Sainte Croix », de la « Vierge de Miséricorde », …
 
Les processions publiques de ces confréries eurent, entre autre, vocation à établir une autre forme de spiritualité, par la démonstration. Voir ces sociétés défiler en tenue (froc de pénitents pour les hommes et mantilles pour les femmes) et en masse, servait à frapper l’esprit des spectateurs pour les rapprocher de Dieu.
Or,  la nouvelle manière de penser des Jésuites mettra un terme de toutes ces démonstrations, qui manquent de discrétion et d’humilité aux yeux de ces religieux introvertis. Les guerres de 14-18 et de 39-45 termineront d’achever définitivement les confréries, par manque de renouvellement des membres. La déchristianisation des campagnes sonnera le glas définitif des confréries.
 
L’usage des bâtons et des bannières s’est donc perdu avec la fin des grands pèlerinages. Ils sont toujours sortis dans de nombreuses provinces du Sud de l’Europe (France, Espagne, Portugal, Italie) lors de grands évènements catholiques comme lors de la Semaine Sainte, en Espagne. Les bâtons de procession sont également très répandus dans le sud de l'Allemagne, on en trouve aussi en Autriche et en Suisse.
Il est important de noter qu’on n’a plus fabriqué de bâton de procession après la fin du XIXème siècle et que le plus grand nombre de ces bâtons conservés (environ 1600 répertoriés) date du XVIIIème siècle.
 
Aujourd’hui, on retrouve ces bâtons dans les chapelles des églises, stockés dans des sacristies, des greniers d’églises, souvent laissés là, à s’empoussiérer (ou à se faire trouer par les xylophages) doucement, dans l’indifférence la plus totale, alors que ce sont des vestiges de nos traditions et les racines de notre société… Et ça, ça m’agace profondément !

Galerie photos