Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet
AccueilEspace documentaireBouteille à tonnerre

Bouteille à tonnerre

Objets du quotidien
Voilà un élégant objet et si je vous donne son second nom, vous saurez tout de suite de quel objet il s'agit : aujourd'hui, parlons du « baromètre à eau ».
Il est composé d’un contenant en verre soufflé, qui a un corps pansu ovoïde, un dos plat et un genre de « trompe » en verre. Cet élancement creux est rattaché au corps et possède un tout petit trou à son sommet, qui sert pour le remplissage de l’objet et en permet le fonctionnement.
Une indication tout de même : pour remplir la bouteille, il faut s’armer de patience et d’une seringue, car le trou est vraiment trop étroit pour un remplissage sous le robinet.
Le baromètre se suspend et c'est dans ce but qu’il possède un dos plat. Il est alors doté d’un anneau ou d'un œillet en verre étiré, relié au corps, situé au sommet de l'objet.
Il peut aussi se poser, grâce à un piédouche, en verre ou en laiton. Ce type de modèle est nettement moins ancien.
Ce type de baromètre est fabriqué en semi-cristal ou en verre commun et est entièrement soufflé à la bouche et façonné par la main de l'homme. Chaque exemplaire est donc unique.
Il existe une très grosse production hollandaise, datant du XVIIème siècle.
Les modèles liégeois sont très recherchés grâce à leur décor en verre pincé et ajouté à chaud.
Le mot "baromètre" vient du grec « baros » (pesanteur) et « metro » (mesure). 
En lire plus
Selon un document de 1619, c’est un Hollandais, Gijsbrecht de Donckere, qui aurait inventé le premier baromètre à eau.
Le principe est simple : l'air enfermé dans le corps du baromètre se dilate ou se contracte selon la pression de l'air qu'il subit, produisant une variation du niveau d’eau relativement importante dans le fin tube, dont l’orifice laisse entrer l'air. Les indications des baromètres à eau sont évidemment très liées à la température ambiante.
Johann Wolfgang von Goethe, vers 1792-93, aurait réinventé un appareil de ce type, à partir des principes de Torricelli. Lorsque la pression atmosphérique augmente, le niveau du liquide dans le tube descend. Inversement, lorsque la pression baisse, il y a moins d'appui sur l'eau et le liquide monte. 
C’est pour cela que vous trouverez aussi le nom de « baromètre de Goethe » comme appellation pour la bouteille à tonnerre.
De nombreux marins s’en servirent sur les bateaux pour prévoir l'approche des tempêtes.
 
La bouteille à tonnerre est considérée comme le plus ancien baromètre au monde.
Les historiens lui ont trouvé une autre naissance, mais plus probable que certaine : les Maures, arrivés en Espagne en l'an 711, les mêmes qui ont fondé le califat de Cordoue, qui I'auraient emporté avec eux et introduit en Europe. 
Les Maures étaient très célèbres pour leur haut niveau scientifique et leur culture rayonnante.
L’Europe de cette même époque vivant dans un certain obscurantisme, l’objet aurait disparu et les données scientifiques qui l’accompagnaient, aussi. C’est notre amis hollandais précité qui remit au goût du jour ce bel objet utilitaire, après maintes recherches scientifiques.
 
Ce n'est qu'en 1643, qu'un baromètre plus précis fit son apparition : le baromètre à mercure. Nous le devons à Torricelli, élève parmi les meilleurs de Galilée.
ll faut avouer que ce baromètre n'était alors à peine plus précis que I'ancienne « bouteille à tonnerre".
Le principe de Torricelli était en effet le même pour les deux objets : laisser la pression d'air agir sur un liquide s'élevant ou s'abaissant dans un tube selon les variations de la pression atmosphérique.
La « bouteille à tonnerre » a prouve au cours des temps que I'on pouvait se fier à ses prévisions. Bien que sa précision ne soit pas comparable à celle des relevés scientifiques, elle permet pourtant de prévoir le temps météorologique qu'il va faire.
 
Voici comment fonctionne la « bouteille à tonnerre » :
Remplir d'eau la bouteille, par la pipe, lorsque la pression atmosphérique est normale. Le remplissage doit être effectué de sorte que I’eau couvre le trou entre la pipe et la bouteille. La bouteille à tonnerre  est suspendue par I'oeillet prévu à cet effet.
La pression atmosphérique agit sur I'eau qui, lors de haute pression, c'est-à-dire de beau temps, descend dans la pipe et monte dans le corps de la bouteille.
Lorsque la pression est basse, I'eau descend dans la bouteille et monte dans la pipe.
Si le temps devient mauvais, I'eau goutte par la pipe, d'où le nom « bouteille à tonnerre ».
Une augmentation rapide du niveau d'eau indique l'imminence d'un orage local. Une baisse rapide est le signe que l'orage a changé de direction.
II faut, au besoin faire un remplissage d'appoint pour que le niveau d'eau soit égal dans la pipe et la bouteille. Seule de I'eau pure ou distillée doit être employée.
Les prévisions sont justes jusqu’à 24h à l’avance.

Galerie photos