Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet
AccueilEspace documentaireBrique chauffe-lit

Brique chauffe-lit

Objets du quotidien
Paysanne devant sa cheminée, Albert SORKAU
Une brique chauffe-lit est un petit appareil de chauffage, portatif, simple à l'emploi et peu onéreux. Elle fut la précieuse alliée des éternels gelé(e)s et des frileux(ses)! 
Utilisée massivement dès XIXème siècle, les historiens sont cependant persuadés que son usage bien plus ancien.
Elles furent utilisées partout en France mais surtout dans l'Est et l'Ouest de la France, importants centres de production.
 
Les briques sont, pour les plus courantes, en terre réfractaire vernissée : grâce à ce matériau, elles emmagasinent la chaleur pour la rediffuser car elles possèdent une forte inertie thermique.
Vous reconnaîtrez aisément une brique chauffe-lit par le ou les trous centraux qu’elle comporte et qui permettent de la saisir avec un pic ou une pince en fer ou n’importe quel autre objet de type « bâton », sans se brûler.
 
Pour la faire fonctionner, la brique doit être mise à chauffer près ou dans une source de chaleur. Ainsi, elle peut être placée dans un four, dans un foyer ou bien dans l'eau chaude (si elle est émaillée, elle est imperméable à l’eau).
Une fois sortie avec précaution, elle est enveloppée dans un linge épais, dans du journal, pour prévenir les brûlures. Elle peut aussi être posée sur un reposoir en fer adapté aux dimensions de la brique.
Le tout est alors glissé dans le lit à réchauffer.
N'oubliez pas que les draps d'autrefois, épais, en lin ou coton, étaient parfait pour conserver l'humidité.
En lire plus
En cas d'absence de brique, une pierre pouvait la remplacer car ses propriétés sont les mêmes que la brique en terre réfractaire. Elle porte alors le nom de « pierre chauffe-lit ».
 
Quelles sont les caractéristiques des briques chauffe-lit ?
Vous pourrez en chiner des rectangulaires et elles sont très très très nombreuses sur les vide-greniers. Il existe d'autres modèles à dénicher : des rondes, des cylindriques et d'autres modèles aux formes plus artistiques mais celles-ci sont plus rares.
Elles sont peu épaisses, mais résistantes à la fois à la chaleur et aux petits chocs.
Elles sont très souvent vernies mais parfois elles sont laissées brutes.
Les plus récentes sont rarement décorées. En revanche, les plus anciennes le sont souvent, soit dans la masse ou par un décor peint : lignes de perles, traits symétriques, décor animalier, pampres, ...
Les briques modernes peuvent être colorées grâce à un engobe qui la recouvre et qui est visible sous le vernis transparent :le panel de couleurs n’est pas très attrayant : caramel, brun, vert, marron ou laissées au naturel.
Elles sont nombreuses à porter des inscriptions sur une ou les deux faces. Il s’agit du nom du produit : « chauffeuse » ou de l’entreprise qui l’a fabriquée, permettant parfois d’en deviner la région d’origine.
Les dimensions moyennes, pour une brique classique, sont 22 cm de long, 11 cm de large et 3 cm d’épaisseur, pour un poids avoisinant un kilo ou un peu plus. 
La brique chauffe-lit fut utilisée jusque vers 1960 et l’une de ses dernières évolutions techniques est la « Thermobric » cylindrique.
Il est aussi à peu près sûr que des briques en terre réfractaire de construction ont pu servir à chauffer des lits, dans les foyers les plus pauvres.
« C'était un objet pas onéreux et peu fragile. Il s'agissait d'un parallélépipède rectangle de terre cuite servant à la fabrication des murs des maisons dans les années 1930. On la mettait à chauffer dans le four de la cuisinière en sortant du lit le matin et on la reprenait le soir, bien brûlante. Elle était tellement chaude qu'il fallait la prendre dans un torchon pour la sortir du four. On l'enveloppait dans un premier chiffon qui à force de subir la chaleur directe de la brique prenait une couleur roussâtre. Mais ce premier chiffon n'était pas suffisant pour protéger la peau des brûlures. On enveloppait le tout dans un second linge. Mon grand-père disait embourrer (traduction : couvrir excessivement) ».
Extrait issu du site : http://antick.free.fr/Maison/Coucher/Bouillotte.php

Galerie photos