Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet

Canne à lait

Objets de la vie pastorale et agricole
Le laitier à la Bourboule
Cette cruche à lait porte les noms de « cane à lait », « channe à lait " ou encore « kanne ». 
Le mot « canne » et son ancienne orthographe « channe » datent du Moyen-Age. Ceci explique les différentes orthographes admises pour ce mot.
« Kanne à lait » vient de « kanna », qui en vieux scandinave signifie « récipient ».
« Canne » est avant tout et surtout un mot normand, qui a voyagé et a fini par être employé à Paris et dans le reste de la France. 
La canne à lait est initialement une grosse cruche, comme une grosse bonbonne, faite en grès, utilisées dans les foyers ruraux pour le transport du lait, du lieu de traite, soit le champ, au lieu de stockage ou de transformation du lait.
En plus d’être un contenant de grande capacité très utile, elle servait aussi de mesure. Elle contient en effet ordinairement 6 pots soit l’équivalent de 12 litres de lait. Elle servait ainsi, entre autre,  à mesurer la quantité de lait nécessaire lors de la réalisation des fromages.
En lire plus
Il existe trois tailles réglementaires de canne à lait, soit trois mesures certifiées pour le lait.
Vous trouverez cependant des mini formats, mais celles-ci sont uniquement décoratives, donc rarement anciennes.
La canne à lait, celle que nous connaissons tous, est en cuivre (rouge ou jaune, parfois en laiton). 
Ce modèle est reconnaissable entre tous : elle est ronde, dotée généralement d’une anse latérale, un large col ouvert sur un goulot, initialement couvert d’un couvercle à emboitement, fait dans le même métal que toute la canne.
Les plus belles cannes viennent incontestablement de Villedieu-les-Poêles, en Normandie, haut lieu de la dinanderie en France.
Mais la canne n’est pas que l’apanage de la Normandie. Les formes diffèrent, permettant ainsi d’identifier la région de provenance.
En Suisse romande, gagner une « channe », c’est gagner une coupe lors d’une compétition ou un prix offert en guise de récompense.
Là-bas, une channe est un broc en étain, un récipient en bois ou en métal.
La capacité de la channe suisse peut aller de quelques décilitres à plusieurs litres et sa forme varie selon les cantons. En Suisse, autrefois, les cannes étaient utilisées pour le transport du vin rouge. Les channes suisses sont fribourgeoises, valaisannes et vaudoises.
 
Ce type de cruche était porté soit sur l'épaule, ou bien sur la tête en tenant en équilibre, ou bien dans le dos grâce à une lanière tendue passant sur le front ou encore à bât (de part et d’autre des flancs d’un âne). Sur d’anciennes cartes postales, vous pourrez voir des carrioles qui servaient au transport de plusieurs cannes en même temps. Elles pouvaient parfois être tirées par des chiens.
 
Finalement, le mot est tombé en désuétude à la capitale, très certainement car l’objet lui-même est tombé en désuétude, supplanté par le bidon à lait en aluminium puis en plastique.
Vous connaissez certainement les mots directement dérivés de la canne à lait : canette et canon, qui, comme le rappelle un vieux dictionnaire, sont des mots chers aux ivrognes…

Galerie photos