Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet

Casse-pigne

Objets de la cuisine
La récolte des graines de pignes dans les Landes
La pigne est la transcription du gascon « pinha », nom donné au cône des pins, qui n’est rien d’autre que la fameuse pomme de pin. Ce mot est d'usage courant dans toute la région du Midi de la France.
Le mot « pigne » est également le nom donné à chaque graine à coquille dure contenue dans ces cônes de pin. Elles se développent sous chaque écaille du cône.
La pomme de pin d’un conifère n’est pas un fruit au sens botanique du terme. C’est l’organe femelle de l’arbre et elle mettra environ 3 ans à produire des graines : les pignons.
Seules certaines graines sont comestibles, comme celle du « pin pignon » autrement appelé « pin parasol ».
Seules les graines comestiblesn, de forme oblongue et de couleur ivoire, sont nommées « pignons » ou « pignons de pin ».
Le pignon peut se récolter pendant une très large période.
En lire plus
Pour les consommer, il faut s’armer d’un casse pigne. Il s'agit d'une pince en fer ou en bois qui sert à retirer la coque dure qui enserre la graine tant convoitée.
Elle appartient à la même famille que les casse-noisettes, de type pince.
Elle est presque identique, à la différence que l’écart entre les deux branches est bien plus mince que pour les noisettes. Très souvent, la pince possède des mâchoires en forme de coquilles évidées, concaves à l’intérieur et parfois bombées à l’extérieur.
Sur quelques modèles, vous constaterez que la tête de la pince est aplatie et peut faire office de petit marteau.
Certaines têtes sont, quant à elles, séditieuses : lorsqu’elles sont mises sous une source de lumière, projettent une ombre figurant un profil de personnage célèbre, comme Napoléon.
Les casse-pignes datent majoritairement des XVIIème et XVIIIème siècles.
Les plus anciens sont souvent joliment décorés de motifs gravés dans le métal.
 
Sachez que la consommation de pignes de pin est attestée depuis des millénaires.
Durant la préhistoire, les graines étaient l’objet de troc. Les Romains et les Grecs croyaient aux propriétés aphrodisiaques de ces graines et recommandaient de les consommer avec du miel et des amandes au coucher pour en tirer tous les bénéfices !
Au Moyen Âge, il est fait mention d’une friandise à base d’amandes, de pistaches, de pignons et de sucre : le « pingnole » (ou « pignolat ») est en réalité l’ancêtre du nougat.
 
Les pignons peuvent être mangés tels quels et peuvent aussi entrer dans la composition de recettes, tout autour du bassin méditerranéen (Tunisie, Turquie, Liban, France, Italie, …)
Ils sont très riches en huile donc très nutritifs, mais de ce fait, rancissent rapidemement.
Avec un goût proche de l’amande, ils sont consommés en apéritif, dans la salade ou en pâtisserie, entre autre, pilés avec du miel ou en pesto avec du basilic, entre deux tablettes de chocolat noir ou sur une pizza dite pizza « Palermo ».
Pignons et raisins secs sont souvent utilisés en binôme pour parfumer des plats mijotés en casserole, en terrine ou en tajine.
 
Le casse-pigne est donc un objet qui a traversé les siècles mais qui n’est plus employé aujourd’hui car nous achetons nos pignons déjà dépiautés… Dommage, c’est un bien bel outil tombé aux oubliettes!

Galerie photos