Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet
AccueilEspace documentaireClavettes de sonnaille

Clavettes de sonnaille

Objets de la vie pastorale et agricole
Clavettes de sonnaille
Les clavettes sont de petites pièces travaillées qui maintiennent les sangles de cuir ou de bois retenant la cloche au collier de bois. Elles sont positionnées de part et d’autre du collier, sur les faces extérieures : elles sont donc toujours en paires.
Techniquement parlant, les clavettes sont donc des fermoirs.
Les clavettes de sonnaille sont en bois de buis, en os ou en corne de bouc.
 
Tant qu'à être dans les mots techniques, voici deux termes afférents aux sonnailles :
- les « curailles » : ce sont les sangles de cuir retenant la cloche au collier de bois et passant sous la gorge de l’animal.
- le « chambis », « Tchambis » ou « coulas » : c’est un type de collier en bois de cytise, qui se reconnait  à sa forme de lyre. Celle-ci est spécifique à un usage de montagne : les brebis ne l'accrochent pas aux buissons et ne sont pas ennuyées par son port sur une pente raide, par sa forme spécifique.
 
Les clavettes sont des pièces aujourd’hui très collectionnées.
Elles furent fabriquées en abondance dans le sud du Dauphiné et plus largement dans la vallée du Rhône.
La clavette est en forme de clou dans le Languedoc et de corne enroulée en Provence.
En lire plus
Ces objets, pour celles en forme de corne enroulée, ont été richement enjolivés par leur propriétaire, au moyen d’un couteau ou d’un poinçon, objets facilement transportables lors des transhumances.
Réalisée durant leur temps libre, la fabrication des clavettes (et des colliers) a été un  « loisir créatif » privilégié parmi les nombreux autres travaux hivernaux et fut sans doute sujet d’émulation entre bergers car c’était pour eux une façon de mettre en valeur leur savoir-faire, leur imaginaire et peut être certainement leur situation sociale.
Au-delà de toutes ces considérations, ces pièces témoignent de l'attachement de l'homme à son troupeau.
 
Les sculptures sont souvent réalisées en réserve.
Les décors sont riches et paradoxalement très différents mais toujours identiques sur la paire : géométriques pour beaucoup, végétalisant, en forme de fleurs, d’étoiles, pyrogravés, la plupart portent gravés les initiales du propriétaire de l’animal. A ces simples formes géométriques, se substituent parfois des scènes historiques, faisant référence à l’actualité de l’époque, rappelant que la société rurale des siècles passés était loin de vivre repliée sur elle-même.
Il existe de rares modèles de clavettes sur lesquelles sont figurés des visages. (Voir visuel ci-dessous)
Les mêmes motifs ornementaux se retrouvent sur l’ensemble du pourtour méditerranéen et sur les chemins de la transhumance, jusque dans le Queyras, région durant laquelle les bêtes montaient dans les hauteurs pâturer en été.
 
Outre leur fonction utilitaire, ces objets revêtent également une dimension décorative, et parfois même symbolique. Ce sont de superbes objets d’Art Populaire.
 
Les sonnailles :
 
Quand on ne voit pas un troupeau, on l'entend !
La « sonnaille » désigne un ensemble complet comportant la cloche, le battant, le collier et clavettes.
L’ensemble était soit acheté complet à la Foire du Regret d’Arles, soit acheté en « pièces détachées », les bergers réalisant eux-mêmes les colliers en bois et les clavettes.
Le son des sonnailles rythme la vie du troupeau : les agneaux naissent au milieu des tintements et ils suivront leur mère au bruit de sa sonnaille. C'est d’ailleurs pour cela que les bergers « ensonnaillent » surtout les femelles. En réalité, chaque animal porte une cloche différente en fonction de son âge et de son sexe.
La sonnaille est l’attribut emblématique des troupeaux lors de la transhumance.
La musique de ces différentes cloches est souvent agréable, cependant elle est en réalité plus utile que jolie.
Lorsque le brouillard envahit les pentes et dissimulent tout à la vue, quand le bétail est dans les bois, le berger sait précisément si toutes ses bêtes sont là, car il a pris soin d’harmoniser la sonorité des cloches de son troupeau.
Le tintement permanent lui permet de connaître la position de ses bêtes dans l'alpage ou dans la prairie et lui permet de les identifier sans même les voir.
Dans le brouillard, il est capable d'interpréter la direction que prend son troupeau en fonction des tonalités émises par le battement des diverses formes de sonnailles.
 
Il existe différents types de cloches et de colliers, selon les terrains et les animaux (vaches, chiens, brebis ou chèvres, …).
Le terme « sonnaille » (ou « toupin ») s'applique aussi aux cloches qui sont forgées ou formées à l'aide de plaques soudées ou encore faites de tôles en fer rivetées ou alors réalisées dans une plaque métallique emboutie puis étamée de cuivre. Ces cloches légères sont de forme trapézoïdales, cylindriques ou en forme de coupe.
Les « redons » (ou redoun), cloches de grande taille et de forme pansue, sont surtout fixés au cou des moutons castrés, des chèvres, des boucs et des brebis meneuses pour la montée à l’estive.
Le terme « clarine » ou « clochette » s'applique aux cloches de bovin, faites en bronze ou en laiton de fonderie. Elles sont autrement plus lourdes.
Il existe en fait de très nombreuses appellations locales, en patois, pour nommer les cloches, les colliers et autres sonnailles : esquires, esquirrous, trucs, toupies, …
 
L’ensemble des visuels ici présentés proviennent du MEG de Genève.
Vous pourrez toutes les voir et les revoir à l’adresse suivante :
http://www.villege.ch/meg/listesearch02.php?debut=210&what=élevage&champ=txt_fct_util&dpt=ETHEU

INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES 
Cet ouvrage présente de nombreuses clavettes mais aussi la vie des bergers. 
« LOU PASTRE LES CHEMINS DE LA TRANSHUMANCE BELLES CLAVETTES DE SONNAILLES » 
Emmanuel Breteau, édition Equinoxe 
Collection : Itinéraires D'images 
OU VOIR DE BELLES CLAVETTES ? 
 
-Au Museon Arlaten 
29 Rue de la République 
13200 Arles 
Tél : 04 13 31 51 99 
Dès la fin du XIXe siècle, Frédéric Mistral n’hésite pas à acquérir de nombreuses sonnailles auprès de fournisseurs tels que Simon à Carpentras ou auprès du pâtre Joseph Blanc à Maillane. Les collections du Museon Arlaten sont aujourd’hui riches de nombreux exemplaires qui reflètent la typologie des cloches utilisées, la diversité de leur répertoire décoratif et son évolution. 
 
-Au Musée Dauphinois 
30 rue Maurice Gignoux 
38031 Grenoble cedex 1 
Tél : 04 57 58 89 01 
Une pièce exceptionnelle est à voir : la paire de clavettes à tête humaine. 

Galerie photos