Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet

Coffin

Objets de la vie pastorale et agricole
Voici un bel objet ancien, passé aux oubliettes mais reconnaître et identifier un coffin est un jeu d’enfant.
C’est un objet que vous avez du croiser de nombreuses fois car il n’est pas rare.
Un coffin est un étui oblong dans lequel le faucheur rangeait sa pierre à faux.
Dans le fond du coffin, il y avait de l'eau et un peu de paille : la pierre aiguisait mieux humide mais pas mouillée.
La paille servait à conserver cette précieuse humidité.
Le coffin était soit fixé à la ceinture soit fiché dans le sol, quand cela était possible.
La pierre à faux est souvent une pierre naturelle qui provient majoritairement des carrières de la Lorraine ou des Pyrénées. Elle est de forme parallélépipédique et aplatie : elle sert à affûter les lames des faux qui s’émoussent rapidement lors du fauchage des foins.
Cet étui se rencontre le plus souvent en bois, sculpté à la main durant les longues soirées hivernales. Il est très souvent laissé sans motif, car c’est un outil hautement utilitaire. En revanche, il est presque toujours monogrammé pour que son propriétaire retrouve son bien à la fin de la journée.
Il a existé des quantités de variétés de coffins, réalisés dans de nombreuses matières différentes telles que la corne bovine, l’étain, le cuivre et le zinc.
Un coffin mesure de 14 cm de haut pour les plus petits et jusqu’à près de 30 cm pour les plus grands, avec une bonne moyenne autour des 25/28 cm.
Et, du coup, il est temps de se pencher sur la forme : de très nombreux coffins possèdent une extrémité pointue, ce qui permettait de les ficher dans la terre, lors du repos du faucheur et évitant ainsi que l’eau mise dans celui-ci ne se renverse. D’autres ont un fond plat. Certains coffins sont de section ronde, d’autres ovale ou encore rectangulaire.
Les formes des coffins varient  selon les régions et les époques. La reconnaissance du bois est aussi un excellent élément pour localiser la région de naissance du coffin.
Dans le Queyras, ils sont rectangulaires, à fond plat, tout comme dans l’Aveyron et l’Hérault. Dans ces deux dernières régions, le coffin est un « coudier ». Ces coffins sont dits « secs » : leur base plate ne permet pas de les planter dans un sol trop sec ou trop caillouteux, alors il est posé sur sa base.
Dans la région de Grenoble, la base est biseautée vers l’intérieur.
 
D’une région à une autre et en fonction des patois locaux, les noms diffèrent, tout en sachant que le coffin fut employé absolument partout en France.

Galerie photos