Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet
AccueilEspace documentaireCuillère à tamponnoir

Cuillère à tamponnoir

Objets de la médecine et la pharmacie
Cette cuillère n’appartient pas au registre des objets d’Art Populaire.
En revanche, elle rentre, je pense, dans la catégorie des objets insolites, car elle n’est plus réellement employée et, rencontrée sur une brocante, nombreux sont ceux qui se posent la question de son usage.
De part sa physionomie atypique (manche bien plus long que la normale, cuilleron légèrement plus profond et présence d’un tamponnoir ou d’un pilon à son extrémité), la cuillère tamponnoir soulève des interrogations. A quoi sert-elle ?
 
Elle fût utilisée abondamment au XIXème et au début du XXème siècle.
Après avoir lu des explications invraisemblables et très imaginatives sur le Net, voilà le fin mot de l’histoire !
 
Cette cuillère a un usage triple.
 
1-Elle a servi initialement à écraser les comprimés dispersibles dans l’eau.
Son long manche permettait d’atteindre sans problème le fond d’un verre pour ainsi réduire en poudre le cachet. Puis après cette opération, le malade retournait sa cuillère pour mélanger avec le cuilleron et dissoudre le médicament dans l’eau.
Notez d’ailleurs que grâce au cuilleron légèrement plus profond, le patient pouvait aussi prendre des sirops ou d’autres potions médicinales avec sa cuillère.
 
2-Cette jolie cuillère a aussi fait parti du service dit « verre d’eau ».
Il s’agit d’un ensemble constitué d’une carafe, d’un flacon d’eau de fleur d’oranger, d’un sucrier, d’une cuillère à verre d’eau et d’un ou plusieurs verres.
Le tout est contenu sur un petit plateau assorti.
La cuillère sert donc à écraser un sucre pour adoucir la boisson à base de fleur d’oranger.
Le service dit « verre d’eau » se trouvait dans la chambre à coucher, non loin de celui ou celle qui dormait. A tout moment de la nuit, la personne pouvait se servir à boire.
 
3-Enfin, certaines personnes ont pu utiliser cette cuillère de manière plus festive : elle avait en effet sa place dans les nécessaires à cocktails ou à punch. 
Attention, même si il se vend toujours de ces cuillères, leur usage n’est pas aussi contemporain qu’on pourrait le penser : il date de la fin du XIXème et du début du XXème siècle.
Le pilon servait à écraser des épices, les morceaux de fruits frais ou du sucre pour la réalisation de cocktails comme que le punch.
 
Comme vous le verrez ci-dessous, cet ustensile est le savant mélange d’une cuillère longue et d’un pilon à sucre.
D’ailleurs, les Belges s’en servaient pour écraser et dissoudre un sucre dans une bière trop amère.
 
Comment faire la différence entre une cuillère pour les médicaments, à « verre à eau » et une cuillère pour les cocktails ?
C’est la taille du manche qui vous donnera la réponse.
Court, soit moins de 20 cm, il faut pencher pour un usage médical ou pour le service du « verre à eau » et au-delà, pour la confection de cocktails.
D’autre part, les cuillères à punch ont plus souvent le manche torsadé.
Une chose est sûre, l’emploi de la cuillère tamponnoir n’était pas unique : n’importe quelle cuillère à tamponnoir a indubitablement servi pour les trois usages.

Galerie photos