Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet

Fanny

Objets pour les messieurs
La pétanque autrefois
La Fanny était donc au centre des attentions !
 
La tradition de la Fanny est liée à l’incontournable jeu de boules du Sud de la France : la pétanque.
Le mot pétanque découle directement de l’Occitan : "pès" pour les pieds et "tancar" pour fermer. Le joueur a donc les pieds serrés et ne bouge pas. Cela vient en opposition au jeu de boules provençal pour lequel le joueur peut prendre de l’élan.
 
Etre Fanny à la pétanque, ce n’est pas bon signe !
C’est perdre une partie sur le score de 13 à 0 et celui qui a 0 est "Fanny", ou "se prend une Fanny", "fait Fanny" ou "embrasse la Fanny".
Fanny, c’est la punition du perdant, vous allez vite comprendre pourquoi.
 
Mais qui est cette Fanny ?
La tradition orale rapporte qu’une jeune femme prénommée Fanny, travaillant dans un café, avait l’habitude de se laisser embrasser par les joueurs qui n’avaient pas marqué le moindre point à la pétanque. Elle présentait alors, de bonne grâce, sa joue au perdant.
Mais un jour, le maire du village vient à perdre une partie de pétanque et au lieu de présenter, comme à son habitude sa joue, elle leva sa jupe et présenta ses fesses !
Le maire, sans se démonter, embrassa l’arrière train de la serveuse et voilà comment est née la tradition d’embrasse les fesses de la Fanny.
 
Vous vous doutez qu’il est devenu peu aisé de trouver une belle qui accepte de présenter ainsi son popotin, alors les joueurs de boules ont imaginé une Fanny, transportable, qui attendrait le baiser du perdant.
Et la tradition perdure bien sûr !
En lire plus
Une Fanny est donc la représentation d’une femme vue de dos, qui présente au perdant, une belle paire de fesses à embrasser.
 
Il existe des Fanny représentées sous forme de peinture ou de bas relief en sculpture.
La Fanny peut être cachée dans un petit coffret, fermé d’un vantail sur lequel on trouve fréquemment une sentence pour les perdants, telles que : « Si vous ne savez pas jouer, il faut l’embrasser », « Qui baise Fanny est souvent ravi ! », « Pour avoir joueur maladroit manqué de touche, tu devras au cul, meilleur endroit, poser ta bouche », …
Elle peut être accompagnée d’une clochette, sonnée pour le rappel du gage, ou d’un petit cache que le malchanceux doit soulever pour découvrir le derrière de la belle, ou de la moins belle.
 
En effet, il est des Fanny franchement vilaines, dodues, repoussantes, bref c’est une vraie punition de venir l’embrasser, mais on vous répondrait bien volontiers qu’il ne fallait pas perdre ! Rassurez-vous, il y a aussi de nombreuses Fanny pin-up aux charmes attrayants !
Une Fanny est donc facile à reconnaître, c’est avant tout une femme qui elle relève sa jupe de dos et qui a très souvent des boules de pétanque à côté d’elle.
Elles existent sur tous types de support : toile, bois, céramique, bronze, aluminium, …
La réalisation de la Fanny est laissée libre à l’artiste… et à son bon goût !
 
Pour nombre d’entre nous, c’est à la fois une tradition populaire mais aussi un objet de curiosité. Attention, l’usage d’une Fanny est exclusivement réservé à la pétanque… 
Les Fanny dateraient, pour les plus anciennes du début du siècle dernier soit entre 1900 et 1920.

Galerie photos