Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet
AccueilEspace documentaireFendoir à osier

Fendoir à osier

Outils et instruments des métiers d'autrefois
La vannier et sa famille au travail
Le fendoir est l’un des outils dont a besoin un vannier pour travailler.
Le fendoir est un objet qui mesure une dizaine de centimètres. Il se présente de manière courante sous sa forme la plus rudimentaire : un bâtonnet court et épais à la fois dont le sommet est muni d’une tête partagée en plusieurs rainures, gouttières ou ailettes tranchantes, qui sert à fendre les brins d’osier en lamelles. Le vannier l’utilise pour faire des éclisses qui lui serviront pour la réalisation de vanneries.
Il existe des fendoirs pourvus de 2, 3 ou 4 ailettes. Le fendoir à 3 gouttières est le plus courant.
Cet outil, souvent fait par l’artisan lui-même, est toujours réalisé dans un bois dur : il s’agit souvent de buis et parfois de houx.
Les fendoirs les plus recherchés sont ceux qui sortent de l’ordinaire : une poignée travaillée, un décor gravé, une forme originale, un personnage suggéré, un double fendoir, …
Voici comment le vannier se sert de son fendoir : après avoir amorcé le coté cime de la tige en l’entaillant pour préparer la division, l’artisan applique le fendoir au sommet et l’introduit dans la tige. En appuyant sur la base du brin, il provoque la fente puis la séparation de la tige en quartiers. 
L’artisan doit diriger le fendoir en lui faisant faire un mouvement semi-circulaire, jusqu'à la pointe de la tige.
A partir d'une grosse tige d’osier, un artisan peut obtenir 3 ou 4 éclisses utilisables.
Certains vanniers rabotent leurs éclisses afin de les affiner.
En lire plus
C’est le bon moment en savoir un peu plus sur l’osier et la vannerie.
L'osier est un saule qui se développe dans un milieu humide ou marécageux. Les régions de prédilection de la pousse de l’osier sont la Picardie, les Ardennes, le nord-est de la France, l’Indre et Loire. 
 
D’ailleur, dans le Berry, le fendoir s’appelle "fendoué"  et le vannier "le faseux d'paniers".
Autrefois, le vannier était amené à prendre la route pour écouler sa production ; il devenait alors colporteur et circulait dans toute la France. Il est donc peu aisé d’attribuer un type de vannerie à une région précise, en dehors des formes dédiées à un usage précis, découlant d’us et coutumes locales.
Par le passé, la matière principale était l'osier, issu du saule. 
 
Il faut planter plus de 100.000 pieds pour un hectare d'oseraie. La pousse s'effectue en trois mois, période pendant laquelle le plant atteint environ 2,50 m et le vannier élimine le tiers supérieur, qui constitue la partie la plus fine. L'osier est récolté pendant les mois d'hiver, avant la montée de la sève. 
Les branches sont écorcées, trempées, puis séchées longuement au soleil et mises en bottes de 20 à 30 kg. 
Une oseraie peut produire 1000 kg d'osier par hectare pendant une vingtaine d'années.
Le vannier utilise en outre du noisetier ou du coudrier pour constituer l'armure du panier, autour de laquelle sera ensuite tressé l'osier. 
 
La vannerie est un Art millénaire dont les traces remonte à 8 600 avant Jésus Christ. C'est l'art de fabriquer des objets utilitaires ou décoratifs à l'aide de fibres végétales entrelacées. 
Son nom vient du mot " van " qui désignait de grandes formes en osier pour trier le blé de la paille. Les fibres les plus courantes sont l'osier, la paille, les joncs, le rotin, le bois de châtaignier, l'écorce de cordier ou les baguettes de noisetier, mais aussi le raphia et le sisal. 
 
Il existe trois grands types de vanneries : la vannerie en plein, les brins sont entrelacés en se superposant horizontalement avec continuité sans laisser d'espace vide. 
La vannerie à jour dont les brins parallèles sont reliés entre eux de façon continue, chacun des brins est séparé de son voisin par un intervalle plus ou moins grand. 
Et enfin la vannerie d'éclisses qui se réalise avec de l'osier fendu en trois et débarrassé de sa moelle. Le vannier obtient un travail très fin car il peut tresser serré.
 
Les objets anciens en vannerie sont aujourd'hui très prisés, surtout s'ils sont en bon état. 

Galerie photos