Objets d'hier A voir Documentation Annonces





Nouvelle recherche
 

TAPETTE



J’ai toujours trouvé que c’était un bel objet, du moins que les entrelacs formés par les tiges d’osier liées entre elles formaient un motif central des plus élégants.

La tapette est cet ustensile avec lequel on tape et bat les tapis, carpettes et autres literies pour en faire sortir les poussières.

La tapette est totalement faite d’osier : un plus ou moins long manche constitué d’un faisceau de brins d’osier (mais pas trop long pour ne pas le fragiliser), les tiges formant une large spatule ajourée. Les tiges du manche sont donc les mêmes que celles du motif central, elles sont liées entres elles au niveau du manche, en haut et en bas, par un fil de fer ou par un brin de d’osier. L’extrémité est, quant à elle, souvent protégée par un capuchon en métal, souvent en aluminium. Certains autres modèles sont dotés d’un bouchon en osier, un lien ressortant de ce nouage pour former une boucle, qui sert à la suspendre.

 

Une tapette mesure environ 75 cm de long : soit 50 cm de manche et 20 cm de spatule.

Et pour les féministes : il existe des tapettes de petite taille pour petites filles et même des modèles encore plus réduits pour poupées !

 

Ce qui est intéressant, c’est la diversité des formes et des motifs obtenus par le vannage des tiges d’osier. Certaines spatules sont très denses et d’autres très aérées, certaines sont rondes et d’autres plutôt ovales. Les entrelacs sont soit simples, soit étudiés.

En flânant sur Internet, j’ai trouvé un très intéressant parallèle à faire avec les entrelacs des tapettes et les entrelacs que l’on trouve en architecture et plus spécifiquement ceux liés à la religion (motifs décoratifs que l’on trouve sur les murs des églises, abbayes, chapelles, mais aussi mausolées musulmans et temples asiatiques).

Ce thème fut abordé par le Musée départemental des pays de Seine et Marne, en mars 2009, lors d’une exposition sur les « Entrelacs du quotidien et du sacré ».

Et c’est d’ailleurs là, que l’on se rend compte que la vannerie a, autrefois, plus tenu de l’art que de l’artisanat, domaine dont elle dépend aujourd’hui.

 

Pour les amateurs, bonne nouvelle : le court de la tapette est stable ! Comptez 10/15 € pour un modèle ancien simple et près de 40 € pour un joli modèle ouvragé, toujours ancien et en parfait état.

Dernier détail : on le trouve aussi sous le nom de « battoir à tapis ». Ce terme incorrect est certainement né d’un rapprochement  avec le battoir à linge.

 

Source : Objets civils domestiques, C. Arminjon et N. Blondel,  p.364

La vue de plusieurs tapettes à tapis est issue du site : Sylvette and the Baskets



Informations complémentaires


TAPETTE

TAPETTE

TAPETTE détail

TAPETTE

TAPETTE

TAPETTE

TAPETTE

TAPETTE

TAPETTE détail

TAPETTE détail

TAPETTE détail

TAPETTE détail

TAPETTE détail

TAPETTE détail

TAPETTES détails entrelacs

TAPETTES