Objets d'hier A voir Documentation Annonces





Nouvelle recherche
 

GREFFOIR



Le greffoir est un instrument de jardinage ou plutôt d’arboriculture servant à greffer les arbres et plus particulièrement les fruitiers. Cet outil a ordinairement la forme d’un petit couteau à lame mince et tranchante. Il permet d’effectuer une greffe sur un arbre ou un arbuste en effectuant une incision sur un ou des branches ou encore sur le tronc du porte-greffe afin d'y insérer le greffon. 

Le greffoir est de la famille des couteaux, dont la lame tranchante est très souvent courbe. Cela permet d’inciser l’écorce de l’arbre à greffer plus aisément. A l’opposé de la lame, on peut voir une petite spatule plate, généralement en os, qui est destinée à écarter l’écorce, sans l’abimer, pour y insérer le greffon.

« Le manche du greffoir doit être en corne de cerf et raboteux, afin de se fixer plus facilement dans la main. Au talon est implantée, une spatule en buis, en ivoire, en os, formant un ovale, aplatie sur ses bords, mais non tranchante. Cet instrument doit être tranchant comme un rasoir pour couper très net, et la lame sera toujours tenue propre » (Dictionnaire de l’agriculture, 1836). Extrait du « Dictionnaire des Outils », rédigé par Daniel Boucard, p.357

Certains modèles de greffoirs n’ont pas cette petite spatule, mais la lame principale est dotée, de l’autre côté du tranchant, d’un onglet saillant, qui remplit cet office.

 

Pourquoi greffer un arbre ? Afin de conserver toutes ses caractéristiques génétiques et de le multiplier, à l’infini… en l’unissant à une autre espèce, qui fait un système racinaire et remplit l’office de porte-greffe. Grâce au greffoir, le jardinier va effectuer une entaille, qui en « guérissant », deviendra une soudure et ainsi les espèces ne feront plus qu'une.

On peut aussi greffer un fruitier en l’adaptant sur un autre fruitier, si le sol qui ne lui convient pas. Par exemple, en greffant un poirier sur une aubépine pour obtenir un bon comportement en terre calcaire. Cela permet aussi d’obtenir des récoltes précoces et améliorer le fruit, d’apporter une résistance à diverses maladies ou aux insectes, d’opter pour une meilleure pollinisation d'une espèce en greffant sur le même arbre un mâle et une femelle, comme pour certains kiwis hybrides.

Pour effectuer une greffe de qualité, il faut s'assurer de la bonne mise en contact des cambiums des deux végétaux à unir. Il faut placer la tranche du greffon dans une zone dans laquelle circule la sève élaborée (le « liber »). Une connexion vasculaire se réalisera entre les deux corps et le greffon ou écusson pourra être nourri.

 

On peut aussi multiplier un végétal par bouturage ou marcottage.

Si vous souhaitez vous lancer dans cette délicate opération, n’oubliez pas de respecter la bonne période afin d'obtenir des résultats satisfaisants (les greffes de printemps se font à « œil poussant », les greffes d'été sont effectuées à « œil dormant »). Sélectionnez un porte-greffe sain et gardez à l’esprit que chaque espèce correspond à un ou plusieurs modes opératoires de greffe.

 

Il existe différents types de greffes d'été sachant que les plus faciles à réaliser sont :

·         la greffe en écusson, la plus courante,

·         la greffe en fente qui permet un greffage sur des branches principales, de grosses tailles,

·         la greffe en couronne, qui convient aux espèces dont l'écorce est souple et facile à travailler,

·         la greffe en « plaçage », idéale pour les végétaux à écorce épaisse.

D’autres types de greffes existent : la greffe en L, la greffe à l'anglaise, la greffe à cheval, la greffe en pont, …

 

Toutes les informations sur la greffe issues du site : http://verger.comprendrechoisir.com/comprendre/greffe-arbre-fruitier




GREFFOIR

GREFFOIR

GREFFOIR

GREFFOIR

GREFFOIR

GREFFOIR

GREFFOIR

GREFFOIR