Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet
AccueilEspace documentaireJeu de 7 familles

Jeu de 7 familles

Jeux et jouets
Carte d'un jeu ancien
Les « 7 familles » ou « jeu des 7 familles » est un jeu de cartes aux règles simples, faisant intervenir la mémoire et l'observation. Il se joue avec un jeu de quarante-deux cartes prévues à cet effet, réparties en sept familles de six cartes chacune.
Ces 7 familles portent toutes un nom et un attribut différents, lié à un métier, un sport, une activité, un animal, un saint, une fable de la Fontaine, une période historique, et que sais-je encore, mais chacune composé de la même manière : le père, la mère, le fils, la fille, la grand-mère et le grand-père.
Le but du jeu est de reformer une famille, le plus vite possible.
Chacun reçoit entre 6 à 8 cartes, le restant du jeu constituant une pioche. Chaque joueur cherche à compléter son jeu et à reconstituer une famille, en demandant, au départ, à n’importe quel joueur, puis au fur et à mesure du jeu, en se souvenant des précédents échanges de cartes.
Et pour cela, on agit toujours de la même manière : « dans la famille bidule, je voudrai la fille ! »
 
On situe la création de ce jeu convivial, très prisé de plus jeune, à la fin de la première moitié du XIXème siècle, aux Etats-Unis, puis migre vers l’Angleterre et finalement arrive en France.
« On en attribue la paternité à Anne Wales Abbott, illustratrice qui, en 1843, dessine le Jeu du Dr Busby publié par W. & S.B. Ives à Salem dans le Massachusetts. Vendu à 15 000 exemplaires en dix-huit mois, le Jeu du Dr Busby compte 20 cartes réparties en 4 familles : la famille Busby (le docteur), la famille de la Laitière, la famille Ninny-come-Twitch et la famille du jardinier. Chaque famille est constituée de 5 cartes : le pères, sa femme, son fils, un(e) domestique, le symbole du métier exercé par la famille. Pas de nom de famille ou de métier inscrit sur les cartes mais un petit emblème présent dans le coin supérieur droit. La règle du jeu est simple et nécessite un effort de mémoire : le vainqueur doit réunir les 4 familles dans sa main. »*
 
« De fait l’éditeur londonien John Jaques publie, vers 1860, le premier jeu de Happy Families (Heureuses familles !) illustrant 11 familles de 4 membres père, mère, fils, fille (Mr, Mrs, Master et Miss). Chaque nom de famille rappelle le métier du père.
La France, à son tour, propose un jeu de 7 familles en 1876. Edité à Paris par Béquet Frères, c’est André Gill, dessinateur de presse, le concepteur. Parmi les familles de 6 personnes, pas de commerçants ni d’artisans mais des notables de la société de l’époque : Ministre avec son portefeuille, Général (épée), Mandarin (parasol), Docteur (seringue), Avocat (verre d’alcool) et, paradoxalement, des hors-la-loi : Contrebandier (valise et parapluie), Voleur (potence !). La hiérarchie familiale s’organise en Chef de famille, Femme, Fils, Fille, Valet et Cuisinière. Les 42 figures sont caricaturées en animaux anthropomorphes (le ministre à tête d’aigle...). Ce jeu ne s’adresse pas vraiment à un public enfantin. C’est pourtant lui qui, une fois valet et cuisinière remplacés par grand-père et grand-mère et l’humeur joyeuse des Happy Families adoptée, va donner naissance au jeu de 7 familles passé à la postérité. »*
« Lorsqu’il naît en Angleterre, au début des années 1860, le premier Happy Families apparaît comme un jeu de cartes destinée à amuser les enfants plutôt qu’à les instruire. Toutefois, pour l’époque victorienne attachée aux valeurs éducatives, sa pratique favorise sociabilité et capacité de l’enfant à dénombrer, trier et assortir des ensembles. Son succès est dès lors assuré durablement. »*
En lire plus
Le jeu de 7 familles est vrai un témoin de l’évolution de la société.
 
« La famille des pêcheurs (et poissonniers) fait une entrée tardive, peut-être en raison du tourisme familial en bord de mer. Dans le même temps apparaissent des jeux s’écartant résolument du modèle initial pour s’intéresser à de nouvelles activités liées aux progrès techniques, aux sports et aux voyages, notamment. Ce qui semblait autrefois naturel peut choquer aujourd’hui : dans les jeux représentant des familles du monde, certains n’échappent pas aux clichés et stéréotypes de leur temps.
Par delà l’extrême diversité de l’iconographie, les règles et la structure du jeu ont peu évolué depuis l’époque de Gil (quelques variantes sont détaillées plus loin). L’apparition de frises qu’il faut exposer en mettant bout à bout, tel un puzzle, les cartes d’une même famille, constitue certainement l’innovation la plus remarquable.
Rançon de son extraordinaire succès, le jeu de 7 familles attire désormais les publicitaires et pédagogues désireux de toucher un vaste public, les artistes souhaitant se confronter à un objet culturel très codifié et les chercheurs questionnés par les valeurs et les représentations familiales qu’il véhicule. »*
 
Ce sont les jeux de 7 familles anciens qui sont les plus prisés. Ils présentent toujours des métiers.
Pour les reconnaitre, voici deux petits trucs, pour nos jeux français :
-sur les jeux anciens, les grands-parents sont alors nommés l’aïeul(e).
-les dos des cartes sont vierges de tout décor
 
Les jeux étaient mis dans des emboitages en carton, avec un joli décor sur le couvercle (qui pouvait être à glissière).
Les noms, ainsi que les représentations des familles sont toujours très humoristiques, voire cocasses et sont souvent des boutades, des jeux de mots ou des pieds de nez à un métier, en stigmatisant les travers de celui-ci.
De nombreux éditeurs assurent ainsi leur fortune. Parmi les initiateurs d’un « Age d’Or » citons : Watilliaux, Mauclair-Dacier, Jeux et Jouets Français, les Jeux Réunis, Saussine et plus tard Fernand Nathan en France. On peut aussi noter John Jaques et Thomas De La Rue en Angleterre, Dondorf en Allemagne, Milton Bradley aux Etats-Unis... Pour chacun, la production est importante et la diversité proposée est remarquable.
 
Anciens et COMPLET, c’est UNE EXIGENCE ABSOLUE pour tout collectionneur. 
 
REGLE DU JEU, UNIQUE QUELQUE SOIT LE JEU DE 7 FAMILLES
 
Un joueur, désigné par le sort, bat les cartes, les fait couper et en distribue selon les variantes, 6 ou 8 à chaque joueur, une à une, en commençant par la droite. Le reste constitue la pioche. Le voisin, placé à la gauche du donneur, parle le premier. Après avoir constaté qu’il possède au moins une carte d’une famille, il cherche à la compléter en demandant à n’importe quel joueur et de façon précise la carte qui lui manque et qu’il souhaite obtenir. Pour cela il dit "Dans la famille... je demande...", par exemple "Dans la famille Martin, je demande la fille". Si cet autre joueur possède la carte il doit lui donner. Si le demandeur obtient la carte qu'il voulait il peut rejouer une autre fois. S'il n'obtient pas la carte demandée, il prend une carte dans la pioche. Si la carte piochée est la carte demandée, le joueur peut rejouer, sinon c'est au tour du joueur à gauche du demandeur de jouer.
Dès qu’un joueur réunit une famille, il la pose devant lui et c'est au tour d'un autre joueur. Le gagnant est le joueur qui pose devant lui le plus de familles complètes.
 
*Extraits issus du site : http://7familles.fr/Histoire/Histoire.html

Galerie photos