Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet

Lissoir

Objets pour les dames
Lissoir gallo-romain, photo Sadde Enchères Dijon
Le lissoir est un instrument en pierre, bois dur tourné, verre ou poterie glaçurée, dont on se sert pour lisser et presser à froid les tissus humides placés sur une surface recouverte d’une peau.
Le lissoir est un morceau de verre ou de marbre qui servait à lisser le papier, le linge, la dentelle.
Sources : Définition issue de l’ouvrage « Objets civils et domestiques », de C.Arminjon et N.Blondel p.380
 
Le lissoir sert à repasser les linges délicats, dans un mouvement d’oscillation et de va-et-vient.
Le repassage à chaud est une découverte plutôt tardive.
C’est seulement au Moyen-Age qu’intervient une nette évolution en termes de repassage. Pour évoluer, nos ancêtres ont simplement repris à leur compte les techniques de repassage de l’Antiquité ! C’est grâce aux croisades que le Moyen-Age a découvert des techniques ancestrales, conservés au Proche Orient. Lors de leurs voyages, les Croisés découvrirent la gomme arabique, qui, employée sur les étoffes légères fabriquées en Egypte majoritairement, permettaient la réalisation d’un plissé empesé impeccable. Or cet empois, de plus en plus utilisé à partir du XIVème siècle et bien répandu au Xème siècle, n’était pas très compatible avec l’usage des fers chauds.
Cette découverte majeure pour le costume en général permit la redécouverte et l’emploi d’un objet lié à l’application de la gomme arabique et aux plis empesés : le lissoir.
 
Et oui, j’ai bien dit redécouverte du lissoir. En effet, des fouilles archéologiques de tombes vikings datant des IXème au Xème siècle et dans les pays nordiques tels que la Norvège, la Suède, le Danemark, la Tchécoslovaquie, l’Allemagne et en Hollande, ainsi qu’en France, plus précisément à Paris, ont permis la mise à jour de lissoirs en verre et en pierre, en forme de boules.
Entre 800 et 1200 de notre ère, les Vikings utilisaient des lissoirs en « verre noir ». En fait il s’agit non pas de verre mais d’une roche vitreuse sombre.
Ces lissoirs en verre ont un fond légèrement bombé et un petit manche vertical. On le pressait à deux mains sur un tissu humide placé sur une planche ou sur une table recouverte d’une peau de veau pour empêcher le tissu de glisser.
Par la suite, les Nordiques ont réalisés leurs lissoirs en verre industriel. En Norvège, au XVIIIème siècle, la verrerie de Aas de Sundvaar les fabriquait à partir d’une boule coupée en deux. On en voit dans les musées scandinaves, hollandais mais aussi britanniques.
Ils servaient à donner un glaçage final au linge empesé.
 
En France, les lissoirs en verre ont été en usage tout au long du XVIIème siècle. Dans l'Encyclopédie Diderot et d'Alembert (1762-1777) vous trouverez l'illustration d'une boule de verre à lisser parmi les ustensiles du maroquinier. On trouve dans d’autres ouvrages que les lissoirs étaient dénommés « lissoir de couture ». En effet, sur certaines on peut apercevoir des petites rayures (traces d'aiguilles) car elles étaient aussi utilisées comme boules à repriser.
Plus perfectionnée et plus facile d’usage, la planche à calandrer (voir article sur le site) a supplanté le lissoir en verre dans bien des pays. Pour finir, tous deux ont cédé leur place au fer à repasser et au repassage à chaud en général.
Un lissoir pèse de 600g à 1.5kg. Souvent, il est possible de les identifier grâce à leurs traces d’usure.
Le lissoir le plus courant est en verre transparent, il peut cependant prendre diverses couleurs : bleuté, verte claire ou très foncée, rosée, blanche, jaune pâle et plus rarement en verre opaque (mercurisé ou opalin).
La base en contact avec le linge est lenticulaire, ronde ou encore discoïdale, souvent de forme plusou moins aplatie. Une prise est située au centre de la lentille. Ce court manche peut être légèrement torsadé, annelé, et parfois orne de décors, gravés, incisés ou émaillés.
Il est important de ne pas confondre lissoir et pilon, qui peuvent tous deux posséder une forme très similaire.

Galerie photos