Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet
AccueilEspace documentaireLoupe de dentellière

Loupe de dentellière

Objets pour les dames
Loupe de dentellière
La loupe de dentellière est un élément important du nécessaire de la dentellière.
Il s’agit d’une sorte de carafe sphérique pansue en verre transparent relativement fin.
Remplie d’eau, elle agit comme une loupe et elle permet aux dentellières de mieux s’éclairer en apportant de la lumière sur leur carreau. 
Une chandelle installée à proximité donnait un éclairage qui était absorbé par la boule puis rediffusé vers l’ouvrage.
Elle a donc une action de diffusion et amplification, en concentrant les rayons de la lumière en les orientant directement sur l’ouvrage.
Une loupe de dentellière mesure de 15 à 30 cm de diamètre et de 25 à 50 cm de haut avec un pied et de 15 à 20 cm sans pied.
Elle comporte un pied souvent en forme de balustre ou une courte tige verticale en verre permettant de la ficher dans le trou prévu à cet effet dans le plateau d'une table.
Il est aussi possible de trouver des loupes avec un pied en bois.
Au sommet de ce pied en bois est creusé un réceptacle circulaire incurvé adapté au fond arrondi de la boule, permettant ainsi de caler la loupe.
Certaines loupes dépourvues de pied pouvaient aussi être suspendues par le goulot.
Certaines loupes ont un verre légèrement teinté : vert, marron, jaune.
La loupe de dentellière était posée sur un guéridon à 3 pieds ou sur un pied de chèvre (un petit tabouret).
En lire plus
Les dentellières pouvaient, grâce à ce système d'éclairage, travailler une bonne partie de la soirée.
"La confection de dentelle au carreau – dite dentelle du Puy – a été une activité soutenue dans tout le Velay de l’Ancien Régime jusqu’au milieu du XXe siècle, notamment dans les campagnes. Pratiquement toutes les femmes savaient travailler au carreau.
On confectionnait de la dentelle quasiment jusqu’à la mort et il était fréquent de voir de vieilles femmes aux yeux et aux doigts usés en faire encore. La confection de dentelle procurait aux femmes un maigre complément de revenus pour le foyer, mais elles étaient quand même fières de ce « petit salaire » qui ne devait rien à leur homme.
En hiver, elles s’installaient dans l’Assemblée ou bien se retrouvaient en soirée chez l’une d’elles auprès du feu. Assises sur une chaise basse à haut dossier, elles posaient au centre d’un petit guéridon le « chaleil» (lampe à huile) dont la lumière se diffusait au travers d’une boule de verre (ou bouteille) remplie d’eau. Cela permettait d’éclairer, en faisant loupe, juste l’endroit du carreau sur lequel elles piquaient la dentelle".
(Extrait issu de http://www.presailles.net/dentellieres.htm)
On trouve loupes de dentellière dans deux principales régions de France : Normandie et Velay.
Pour cet objet, j’ai trouvé un bon nombre d’autres noms, que je vous laisse découvrir : boule réflecteur, boule de dentellière, boule de Saint Crépin, boule de dint’lire, boule de veillée, boule réflecteur, réflecteur de dentellière.
Faute de boule, une fiole plate servant de bouteille pouvait remplacer la loupe de dentellière.
Pour la petite anecdote, il paraît que si la loupe était remplie d'eau de pluie, qui de surcroît, était vieille, la lumière était claire et pure ! A vos collecteurs alors!

Galerie photos