Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet

Mâche-bouchon

Objets de la médecine et la pharmacie
Mâche-bouchon "le caméléon"
Objet lié à la pratique de la pharmacie, le mâche-bouchon est né vers 1830 et a été largement employé durant tout le XIXème siècle, jusqu’au début du XXème siècle.
Cet outil de métier est composé d’un manche à levier relié par une charnière à une matrice métallique. Elle est composée, elle-même, de plusieurs alvéoles transversales : de 2 à 4 au maximum, des petites, des moyennes et des grandes, en fonction de la taille du goulot. Ces alvéoles cannelées sont des formes à bouchon, elles sont légèrement de forme conique.
Le mâche-bouchon permettait au pharmacien de compresser, comprimer, ramollir et assouplir les bouchons de liège avant de les insérer (avec plus ou moins de force…) dans les goulots des flacons ou bouteilles contenant le médicament.
Il semblerait d’ailleurs que les bouchons de liège étaient ébouillantés avant de finir dans l’une des formes du mâche-bouchon.
Pour une meilleure utilisation de l’objet, le mâche-bouchon était souvent fixé sur un comptoir, à l’arrière de l’officine. 
Il peut donc être muni de pieds (3 ou 4), mais s’il en est dépourvu, il possède de petits trous sur la base qui permettent de le fixer en le vissant au comptoir.
Il pouvait aussi être lesté : c’est à dire fixé à un socle en marbre ou en fonte. 
En lire plus
Le mâche-bouchon, que son usage oblige à être lourd, peut être en fonte de fer, en bronze ou en alliage cuivreux : ils pèsent de 0.5kg pour les plus légers, à 4kg pour les plus lourds.
Certains sont émaillés ou patinés mais en règle général, l’objet était plutôt laissé brut. 
Il faut souligner que certains ont été peints postérieurement.
Le mâche-bouchon est aujourd’hui collectionné pour ses formes. 
Il peut être simplement un objet fonctionnel, dépourvu de décors. 
Il en existe d’ailleurs sous forme de pince manuelle qui ressemble à un casse-noix.
Les plus recherchés sont incontestablement ceux qui prennent la forme d’un animal : salamandre, chien, crocodile, caméléon. 
Un animal peut avoir différentes attitudes : gueule ouverte ou fermée, levée ou baissée, attitude agressive ou calme,… Les collectionneurs peuvent ainsi s’en donner à cœur joie car le nombre de modèles en est donc plus vaste!
D’ailleurs, la forme la plus courante en terme de zoomorphie est celle du crocodile, ce qui explique que l’autre nom du mâche-bouchon soit « crocodile ».
D’autres possèdent des formes plus classiques, mais leur décor en fait des objets d’art à part entière.
Ils sont alors recouverts de décors feuillagés, prennent la forme d’un caducée, le manche se transformant alors en serpent ou pour d’autres modèles il s’agit d’un chien couché.
Plus exceptionnellement, se retrouvent des décors de pampres ou liés au vin, avec un tonneau ou Bacchus par exemple mais encore des figures de guerrier casqué, de petits animaux sur le socle, des personnages et des dieux, agrémentés de terrasses fleuries, ornées de rinceaux, de décors perlés, de coquilles, de fleurons, …
En ce qui concerne la longueur d’un mâche-bouchon, elle se situe toujours dans la même fourchette : entre 23 et 30 cm.
Ces objets ont pu être offerts à titre de cadeaux publicitaires, cependant nombres d’entre eux ont été achetés dans des boutiques spécialisées en objets pharmaceutiques.
Voici quelques marques qui sont visibles sur les objets : 
-Camion Frère
-Léon Quillet, rue de la Verrerie Paris 
-Truelle Frères à Paris
-Cotoflex
- A. KENRICK & Sons
-NYC
-Luber Guss
Et pour finir, une petite anecdote : 
Pourquoi le nom de mâche-bouchon ?
Simplement parce que avant 1850, certains bouchons étaient mâchonnés entre les dents pour les faire rentrer dans les goulots !

Galerie photos