Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet

Mouchettes

Objets du quotidien
Mise en situation de l'objet, photo Les Passions de Marie - Overblog
Une paire de mouchettes est un genre de ciseaux en métal, pourvue sur l’une des lames d'un petit réceptacle destiné à la recueillir la partie coupée et carbonisée de la mèche de la chandelle.
 
Le mot « mouchettes » vient directement du verbe « moucher » et l’action qui en découle est « moucher une chandelle ».
L’origine de ce mot se situe vers 1400. Il est issu du vieux français « moichote », relevé dans un texte bourguignon (in Dictionnaire de l'ancienne langue française, Paris 1880-1900).
 
Attention amis lecteurs, une mise en garde s'impose : les bougies ne sont font pas moucher mais uniquement des chandelles. 
 
Pourquoi mouchait-on les chandelles ?
 
Une chandelle est composée d’une mèche, qui est au Moyen-Age en chanvre et plus tard en coton, le tout moulé dans du suif.
Le suif, c’est de la graisse animale, généralement de porc et plus rarement de bœuf ou de mouton.
Le suif, matière pâteuse, était mélangé à de la farine pour mieux être travaillé. Une fois moulée, la chandelle séchait à l’air libre et durcissait.
 
Il s’avère que la combustion du suif est désagréable : elle génère une épaisse fumée noire, malodorante et nocive à la santé.
Une fois la chandelle allumée, une belle lumière claire illuminait la pièce.
Mais la flamme, après quelques temps, devenait de moins en moins intense et la mèche, fuligineuse (noirâtre et souillée de suie), fumait abondamment.
Le suif fondait souvent plus vite que la mèche ne se consumait et non raccourcie, la mèche se carbonisait et la flamme s’éteignait.
Pour que la flamme reprenne de l’intensité et que le suif ne coule pas, il fallait enlever le moucheron, c'est-à-dire le bout de la chandelle. (in Dictionnaire François-Anglois par A.Boyer, 1792)
 
C’est ainsi que toutes les 20 à 30 minutes, il fallait moucher les chandelles !
En lire plus
La paire de mouchettes (et oui, c’est ainsi qu'il convient d'appeler l'objet !) était uniquement employée pour les chandelles.
La chandelle est l’ancêtre de la bougie, son usage remonte au moins au début du IIIème millénaire avant J.C.
Le mot « bougie » n'est apparu dans la langue frrançaise qu'au XIVe siècle.
Depuis le Moyen Age, les bougies, qui étaient aussi appelées "cierges en cire d'abeille", étaient réservées aux aristocrates, aux bourgeois aisés et au clergé. Plus rares, plus chères donc plus raffinées, elles étaient destinées aux élites, laissant au petit peuple l'éclairage incommodant à la chandelle.
 
Pour bien faire les choses, les chandelles étaient éteintes avec un éteignoir, sorte de petit cône creux muni ou non d’un manche, qui venait se poser directement sur la flamme et recouvrait les premiers centimètres de la chandelle. Souffler dessus revenait souvent à accroître l’émission de fumée.
Inutile de vous préciser que la mouchette servait aussi à éteindre les mèches, mais c’est un usage impropre de celle-ci !
La pointe des mouchettes servait, quant à elle, à creuser le suif, pour en faire émerger la mèche.
 
La paire de mouchette repose sur des pieds, de 1 à 3, qui se finissent souvent en forme de boule. Ils permettent d’éviter que la lame souillée ne tâche le support sur lequel elle est posée.
Les plus belles mouchettes reposent sur un petit plateau, qui s’appelle un "porte-mouchette".
Il est épouse plus ou moins la forme de la mouchette. Son décor est donc identique à celui de la mouchette. Il est fait du même métal que la mouchette, car ils étaient vendus ensemble comme un nécessaire.
Les mouchettes peuvent être décorées en divers endroits, comme sur le bouton de l’axe d’ouverture des lames ou sur le réceptacle, mais l’avers n’est jamais décoré.
De nombreuses paires de mouchettes ont aujourd’hui perdu leur plateau.
L'instrument est tombé en désuétude en même temps que la disparition de ce mode d'éclairage.
Les mouchettes ont donc, pour beaucoup, fini leur vie, remisées dans des caves, des granges, des greniers, séparées de leur plateau, à qui on pouvait donner un autre usage.
 
Il existe un modèle de mouchettes, dit "à guillotine", modèle peu courant.
Elles se caractérisent par l’ajout d’une lame devant ou dans le réceptacle, qui servait à couper plus nettement la mèche. Dans ce cas-ci précis, le réceptacle servait non seulement à recueillir le moucheron mais aussi à étouffer la flamme pour éteindre la chandelle.
 
Les mouchettes ont été réalisées en acier, en fer forgé, en laiton, en étain, en cuivre, en bronze argenté ou non, en métal argenté et les plus raffinées sont en argent.
 
Et pour finir, voici quelques expressions, qui je pense, feront mouche ! :
 
- Sachez que, au sens figuré, « moucher la chandelle », c’est remplir des fonctions de subalterne.
-« Moucher sa chandelle comme le diable mouche sa mère », c'est éteindre la chandelle en coupant la mèche trop bas.
-« Moucher une chandelle à 25 pas », ce n’est plus d’actualité, mais c’est tirer de manière très habile au pistolet.
-« Faire des économies de bouts de chandelles », c'est faire des économies dérisoires.

Galerie photos