Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet
AccueilEspace documentairePince à chataignes

Pince à chataignes

Objets de la vie pastorale et agricole
Brasser les chataignes, carte postale ancienne
La pince à châtaignes est un grand et long outil en forme de pince, réalisée en bois, d’une longueur de 40 à 60 cm. Chaque bras est muni de dents taillées dans la masse sur la face inférieure et intérieure des branches. Les bras sont de section ronde au niveau des prises ou poignées et carrée au niveau des dents, partie qui remue les châtaignes. Ils sont réunis dans le tiers inférieur par un écrou métallique.
 
La pince à châtaignes sert à brasser les châtaignes dans l’eau bouillante, afin de les blanchir, c’est-à-dire retirer la seconde peau grise pour pouvoir les consommer bouillies, en soupe, grillées, …
Pour utiliser cette pince, qui tient plus de l’agitateur que de la pince, il faut ouvrir et fermer rapidement les bras, tout en opérant une rotation à droite puis à gauche, dans des gestes assez amples, pour créer un frottement entre les châtaignes et les dents de la pince qui leur ôtera la fine peau indésirable.
 
Dans le Limousin, cette grande pince s’appelle un « boueradou » et s’en servir, c’est « bouerer ». 
Toujours dans cette région, nos anciens utilisaient un « toupi » pour bouerer les châtaignes. Le « toupi » à châtaignes est une sorte de marmite en fonte, à trois pieds, dont le corps comporte une partie renflée à la base surmontée d'un tronc de cône renversé.
Une fois l’opération terminée, il fallait remettre les châtaignes rincées dans le toupi, avec un peu d'eau, sur quelques pommes de terre pour éviter le « brûlé ». Le toupi est alors accroché à la crémaillère et le feu fait le reste !
 
Dans les Cévennes, cette pince porte le nom de « rescaladou » et dans le Limousin « debouiradour».
Au musée de Mussidan, en Dordogne, l'outil permet de « débouère » (desboirar), avec un «débouyradour».
 
Sources pour cet article :
-http://boueradours.arediens.chez.com/
-Objets civils domestiques, C.Arminjon et N.Blondel,  p.78

Galerie photos