Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet
AccueilEspace documentairePlioir à dentelle

Plioir à dentelle

Objets pour les dames
Plioir à dentelle, XIXème siècle, photo Richemont de Lamaze
Un plioir à dentelle est une planchette de bois autour de laquelle les dentellières enroulaient la dentelle qu'elles créaient, au fur et à mesure de leur travail, pour que celle-ci ne se froisse pas.
Ainsi garni, le plioir était alors soigneusement rangé dans un logement prévu à cet effet, à l’arrière du carreau de la dentellière.
Le plioir à dentelle appartient à la catégorie des « Présents d’Amour ».
 
Selon les traditions, les jeunes gens les sculptaient eux-mêmes avec un couteau et les offraient à leur promise.
Très concrètement, voici un bon nombre d'informations au sujet de ce bel objet féminin.
 
Il s’agit d’une plaque de bois de petites dimensions, de manière rarissime certains sont en écaille de tortue.
Il est rectangulaire et plus rarement carré, il mesure en moyenne 16 ou 17 cm de long et 10 cm de large.
Les essences employées sont : le hêtre, le sycomore, le noyer, le cerisier, le pommier, le prunier, le charme, le tilleul… Bref pas de résineux trop compliqués à sculpter ! Les hommes se tournaient vers des essences faciles à trouver dans les campagnes.
 
Le répertoire des motifs décoratifs est à la fois vaste et restreint. 
Les décors sont régulièrement les mêmes, mais à la fois très variés. Les changements peuvent être perçus dans la manière de les interpréter et donc de les exécuter.
Selon son inspiration, l’amoureux sculptera des chevrons, des dents de loup, des étoiles, des rouelles, des damiers, des cœurs, des zigzags, des rosaces, des croix et autres motifs religieux (calice par exemple), des croix de Malte, des virgules, des animaux, des visages stylisés, des végétaux stylisés comme le lys, des cercles, … 
 
Certains plioirs sont incrustés de métal, bien souvent de l'étain, facile à travailler.
C’est son décor, parfois ajouré, souvent très ouvragé qui en fait un bel objet de collection.
Certains de ces plioirs sont datés, monogrammés ou font apparaitrent les noms et prénoms de la jeune fille.
En lire plus
La naïveté de certains décors est très touchante.
 
Recherchés aujourd'hui par les collectionneurs, de nombreux plioirs présentent un travail amateur, une sculpture gauche ou maladroite tout à fait représentative de l’Art Populaire.
Spontanés et fruits de longues heures de travail le soir au coin du feu, ces objets étaient avant tout utiles. Le futil n'avait pas sa place dans les foyers ruraux, par manque de temps et de moyens.
Dans les campagnes, avant 1830, il était impensable d’offrir un objet futile ou simplement décoratif.
 
Les plioirs à dentelles se trouvaient principalement en Auvergne et en Haute Loire.
Pour identifier les régions d’où ils proviennent, voici quelques indices :
En Lozère et dans le Cantal, les teintes sombres dominent.
Le Velay aime la douceur blonde et les tons miel du pin, du noyer, du merisier – plus jaune que rouge – ou du hêtre, réservé aux sièges. Pas question d’essences sombres... 
En ce qui concerne le décor, il est plus souvent plein en Haute Loire :  le plioir y est totalement couvert de motifs et plus spécifiquement de petites lentilles et de dents de loup.
 
Pour information, en 1860 on comptait 160 000 dentellières au Puy en Velay !
L’épouse devait d’abord se charger d’une partie du travail de la ferme, de la fabrication du beurre, de la crème, de certains fromages, de la basse-cour, des enfants, des ancêtres vivants dans sa maison, ...
La dentelle ne servait que de complément de budget pour le foyer. Certains écrits ont ainsi été retrouvés le notifiant dans des contrats de mariage.
 
Travaillant souvent à la cave à cause de l’humidité qui favorisait le travail du lin, ce qui évitait les cassures du fil, la dentellière s’éclairait avec une lampe à huile « le chaleil » et d’une loupe de dentellière, sorte de bouteille remplie d'eau qui permettait de focaliser la lumière sur son ouvrage.
 
Les plioirs à dentelle s’appellent aussi "planchette de dentellière" ou "planche à dentelle".
Il est dit que certains plioirs servaient aussi de mesure pour la vente de la dentelle et étaient utilisés pour aplatir les épaisseurs de tissu.

Galerie photos