Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet

Pyrogène

Objets pour les messieurs
Pyrogènes publicitaires, photo Auction.fr
Les pyrogènes sont tout simplement des porte-allumettes, objets très répandus avant la généralisation des briquets, forts utiles car pouvant être portatifs !
En l’absence d’électricité, ils étaient nécessaires aussi bien pour allumer un poêle qu’une lampe à pétrole, une chandelle ou simplement une pipe (à savoir : Les hommes et quelques femmes ont fumé la pipe en France pendant les deux cents ans qui ont précédé l’apparition des cigarettes industrielles, intervenue dans la seconde moitié du XIXe siècle).
Les allumettes soufrées de l’époque, interdites aujourd’hui, s’enflammaient par frottement sur n’importe quelle surface. 
 
La majeure partie des pyrogènes est en céramique : porcelaine ou biscuit, faïence, terre vernissée, grès.
Il est aisé de reconnaitre les pyrogènes car ils sont, pour beaucoup, munis d’un frottoir ou grattoir. Attention, tous ne le sont pas car comme d’habitude, il n’y a pas de généralité !
Cette partie bien spéciale du pyrogène se présente souvent sous la forme d’une plaque de fins plis ou cannelures disposés sur la totalité de la partie supérieure du pyrogène, dans le sens de la largeur.
La partie centrale évidée sert à contenir un certain nombre d’allumettes.
Le grattoir doit être rêche pour enflammer l’allumette. Donc il est très souvent en biscuit, lorsque le pyrogène est en porcelaine. Ce matériau est rugueux et a quelques aspérités en surface, idéal pour enflammer les allumettes soufrées. Le grattoir est parfois une pièce de bois, accolée ou fixée au pyrogène.
L'objet, par sa forme conique, à large base plate, possède une bonne stabilité. Il faut noter que les pyrogènes en céramique sont pleins et de ce fait lourds, idéale pour la stabilité !
En lire plus
Il existe de nombreux autres types de pyrogènes, comme des plaques murales, de petits sujets charmants, des boites d’allumettes dotées d’un grattoir sur fond ou sur l’une des faces, …
 
Les pyrogènes étaient disposés à des emplacements stratégiques dans les bistros et autres troquets, posés sur les tables ou accrochés au mur. L’accessoire est utilitaire et domestique dans les classes populaires, on le trouvait dans la cuisine. Il est plutôt mondain dans les classes bourgeoises et aristocratiques : les pyrogènes étaient mis à la disposition des visiteurs bien dans les salons, fumoirs et boudoirs.
 
Les matériaux et les décors dépendent du niveau social de ceux qui les utilisaient. Les pyrogènes pouvaient aussi être en métal (fer, métal argenté, argent, …), bois, corne, grès, ivoire, porcelaine, en papier mâché, etc…
Certains modèles de bistro contenaient même une clochette pour appeler le serveur !
Il existe une grande variété de pyrogènes publicitaires, ce sont les plus « collectionnables », car il existe des versions rares et recherchées de tous les amateurs (couleurs, formes, texte, …).
Les pyrogènes pouvaient être un excellent support pour la créativité et l’humour des marques souhaitant se démarquer de leurs concurrents. De nombreuses marques d’absinthe et d’alcool se retrouvent donc sur les pyrogènes.
Vous trouverez aussi des décors plus classiques, comme des fumeurs qui y sont représentés sous forme de caricatures.
Certains sont illustrés d’images représentant des lieux visités : ce sont des souvenirs de villégiature.
 
La production de pyrogènes a lentement diminué pour s’interrompre finalement lorsque la boîte d’allumettes (qui est une sorte de pyrogène portable) et surtout le briquet, sont devenus des objets d’utilisation et d’achat courants.
De plus, les allumettes soufrées s’allumant n’importe où et trop facilement ont été remplacées par des allumettes au phosphore, moins dangereuses mais aussi moins pratiques.
En ce qui concerne la gamme de prix, elle est aussi vaste que la variété des pyrogènes existante !
 
Sources pour cet article :
-http://www.flamup.com/pages_fr/quisommesnous/historique.php
-www.museedufumeur.net/visitemusee/html/y.html
-http://www.le-collectionneur.com/pyrogenes/spip.php?article25.

Galerie photos