Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet
AccueilEspace documentaireRaclette à pétrin

Raclette à pétrin

Objets de la cuisine
Raclette à pétrin, photo Pinterest
La raclette à pétrin est un outil en métal monobloc : elle est réalisée d’un seul morceau de métal.
Elle est le plus souvent en fer et lorsqu’elle est ancienne, elle est en fer forgé.
Elle se reconnaît assez facilement : sa lame de forme rectangulaire possède un bord aiguisé qui se repli à angle droit quelques centimètres plus haut. Au niveau du coude, elle se rétrécie progressivement dans son prolongement pour créer une poignée fine.
Il arrive que le manche se termine en « oeil repercé » ou en « rouleau à œil », parfois en cœur lorsque l’extrémité est bifide.
Le manche peut être torsadé et toutes les parties pleines (à l’exception du bas de la spatule) peuvent comporter des décors tels que des épis ou de grains de blé, un oiseau ou tout autre animal, des plantes, des arbres ou des initiales, des chevrons, des guillochages, …
Elle est rarement dotée d'un manche en bois et le tranchant peut parfois être denté.
 
Son utilisation principale est simple et s’énonce presque intégralement dans son nom. Cet objet courant et très employé dans la vie domestique servait à racler l’intérieur du pétrin ou de la maie pour le nettoyer. Ainsi, nos ancêtres passaient la raclette pour ôter les résidus de pâte ou de farine qui adhéraient aux parois en bois du pétrin. C’était un moyen de ne rien gâcher et d'éviter les moisissures.
 
L’utilisation secondaire que l’on remarque pour cet outil découle de la première action. La raclette à pétrin pouvait également servir à couper la pâte à pain pour former les pâtons.
 
Voici les quelques autres noms locaux que possède cet ustensile :
Raclette à maie, racloir de pétrin, coupe-pâte, coupe-pâte à retour,racloir, ratissoire,razète et scrèpwè en belge, razire, razirè ou razète dans le Nord, haveù ou rav’le dans les Ardennes, hava à Liege.  
 
Pour mémoire :
 
Le mot « maie » vient de mait, du latin "magis" ou encore "magidis", qui signifie « pétrin ».
Une maie est un meuble campagnard utilisé pour la conservation de la farine et la fabrication du pain.
Mais c’est aussi la caisse ou huche dans laquelle le boulanger préparait sa pâte et conservait le pain.
Apparue dès le XVème siècle, elle était à l'origine constituée d'un caisson rectangulaire soutenu par quatre pieds ou reposant sur une structure à tiroirs ou à vantaux. La maie se présente comme un buffet bas, fermé par deux portes avec comme pour le pétrin un couvercle tout en bois.
Le pétrin est, quant à lui, le plus souvent de forme trapézoïdale, sur quatre pieds tournés parfois reliés par une entretoise, comme c’est le cas en Lorraine.
Pour tous deux, le corps supérieur est pourvu d'un plateau mobile à charnières, destiné à servir de plan de travail.
Ils servent aujourd’hui de meubles de rangement ou sont simplement décoratifs.

Galerie photos