Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet

Seille

Autour du beurre et du fromage
"Paysanne à la seille", Jules Lhote, XIXème siècle
Ce mot désigne plusieurs objets, dont les usages et les formes sont proches, quoi que parfois légèrement différents. 
Quel que soit l’usage, une seille est un récipient en bois ou en métal, rond ou ovale.
 
Le premier type de seille est semblable à une bassine par sa forme. C’est d’ailleurs certainement son ancêtre !
Ce type de seille est un récipient de grande contenance, comme une grande bassine. Elle était utilisée autrefois dans les tâches ménagères, comme pour laver le linge, baigner les enfants ou pour laver les fromages dans les alpages, par exemple.
 
Le second type de seille est un type de bassine/seau de grande contenance, dotée d’un demi-couvercle bombé et d’une anse.
Elle servait à la traite manuelle des vaches et des chèvres. Elle était aussi employée pour la confection des fromages, pour recueillir la crème, pour saler le fromage, ...
Elle pouvait être en bois (type tonneau) et/ou en métal.
 
Le troisième type de seille est en bois. Elle ressemble à une petite hotte. Elle possède généralement deux poignées latérales saillantes, découpées directement dans une latte de bois monoxyle. Vous trouverez une prise évidée au centre de chaque poignée. Ces lattes sont des « douelles » : elles forment, avec d’autres douelles assemblées ensemble, les parois de la seille, comme pour une barrique à vin. Cette seille-ci s’apparente plus à un seau.
Cette seille servait à recueillir raisins, moult, fruits,... 
 
Le dernier type de seille est un seau à traire, destinée à recueillir le lait lors de la traite manuelle des animaux. Sa forme est quant à elle plus proche du seau, mais évasée et de plus petite taille que le modèle précédent.
Elle se reconnait bien car elle ressemble, elle aussi, à une petite hotte. Elle ne possède qu'une seule poignée latérale, qui tout comme sa cousine, est issue d’une douelle monoxyle plus longue que les autres.
 
De toutes évidences, il est très rare qu'un objet n'ait eu un seul et unique usage!
 
Lorsqu’elles sont en bois (et ce sont les plus belles seilles, il faut bien le dire), elles sont donc montées à douelles, comme indiqué ci-dessus, et possèdent des cerclages en éclisses de noisetier ou de châtaignier. Elles sont parfois ligaturées de lanières de cuir ou d'une grosse corde artisanale, montage qui maintient les douelles ensemble et permet l'imperméabilité de la cuve.
Les seilles en bois sont toujours faites en bois de résineux.
 
Elles datent pour beaucoup du début du XXème siècle. Il en existe d’antérieures, plus rares, mais gardez bien en mémoire que les objets fortement utilisés traversent difficilement les âges.
 
En France, les paysans ont utilisé la seille dans le Jura, le Doubs, en Savoie et Haute Savoie, pour le lait. 
Il ne faut pas oublier toutes les régions viticoles, mais les contenus étaient différents. 
En Suisse, dans la région de Gruyère, les hommes utilisaient aussi la seille, mais l’appelaient « seillon » ou « brotsè » en patois local. Les modèles suisse sont souvent très beaux.
 
Toutes les seilles furent progressivement remplacées par des « bacs » ou des cuvettes en fer, en aluminium et finalement, en plastique. 
La traite mécanisée a signé sa mise au rebut dans bien des foyers.

Galerie photos