Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet

Subrejoug

Objets de la vie pastorale et agricole
Détail d'un subrejoug, XIXème siècle
Voilà encore un objet traditionnel qui appartient à notre beau patrimoine régional et que peu de personnes connaissent.
Aujourd’hui, faisons connaissance avec le subrejoug.
Il nous vient d’une belle province à l’accent chantant : la région Midi-Pyrénées.
Il s’en trouve de part et d’autre de la Garonne, dans le Gers et le sud toulousain.
Connu depuis des millénaires, son origine serait celte, mais c’est uniquement dans cette région de France qu’il a survécu.
Le subrejoug jouit de plusieurs noms : "surjoug", "béjouet", "suberjouet" et avec une orthographe différente "bejoet" et "suberjoet", "clochet de joug", "carillon d’attelage", "cloquièr" ou "cloquerot" en référence aux clochers des villages qu’ils imitent et enfin "cluquet" dans certains pays du Gers, mais aucun écrit ne l’atteste.
Le mot "bejouet" est le diminutif de "suberjouet" en Occitan. Le mot "surjoug" est son nom académique et dans le Gers, il n’est connu que sous le nom de "subrejoug".
 
Comme son étymologie l’indique, le subrejoug vient « sur le joug », traduit littéralement en Occitan. C'est un objet à la fois décoratif et utilitaire qui se fixe sur le joug des bovins.
Il s’agit d’un objet en bois tourné, de forme ogivale allongée, qui est rehaussé de couleurs vives le plus souvent. Il est parfois orné de sculptures et/ou de gravures.
 
A l’origine de tout, il y a la bobine. Il s’agit d’une pièce de bois tourné qui fait évoluer l’attelage des bœufs aux jougs de nuque du stade « primitif », car composé d'une simple cheville métallique trop fine qui peut se casser sous la traction des boeufs, à « évolué » avec la bobine, répartissant mieux la traction des bêtes et faisant totalement corps avec l’attelage. 
Le lien, dit "tresse", qui s’y accrochait était en cuir ou en racines d’orme.
Comment est né le subrejoug ? C’est certainement l’histoire d’une bobine trop longue qui a donné des envies artistiques à un agriculteur…
Le subrejoug est donc à la fois un objet décoratif et un objet technique agricole.
Le subrejoug incite les bœufs à tirer l’attelage avec la tête étirée dans le prolongement de la colonne vertébrale, seul moyen pour que le subrejoug reste droit. Par la mélodie qu’il émet, les clochettes étant toutes différentes et sciemment choisies, il rythme le travail des bêtes et permet aussi d’identifier l’attelage qui est au travail.
 
Le subrejoug en tant qu’attribut décoratif faisait la fierté de son propriétaire.
Il faisait l’objet de toutes les attentions par la finesse du travail, l’originalité de sa forme, les couleurs employées, les gravures ou sculptures qui pouvaient aussi l’orner.
Le subrejoug était porté pour les fêtes de la vie : mariage, déménagement, deuil, bénédiction du troupeau, …
Il existe d’ailleurs des subrejougs spécifiques pour les enterrements.
Ils sont pleins, c'est-à-dire sans clochettes. Il arrivait cependant qu’un subrejoug classique soit utilisé, les clochettes étaient  alors bourrées de paille pour les empêcher de sonner, car leur tintement joyeux était perçu comme un outrage au défunt. Dans ces cas précis d'inhumation, seul le premier attelage du convoi portait le subrejoug.
En lire plus
Le subrejoug est un objet à forte emprunte mystique.
 
Par sa forme sans équivoque, il imite le clocher des églises et en cela, il symbolise clairement un appel à la protection divine.
Les aspects religieux et ésotériques étaient intimement mêlés dans le monde rural. Entre la religion catholique et les croyances populaires, chacun se raccrochait à cette culture entremêlée, tant que cela lui était favorable.
Le surjoug sert de porte-bonheur, il protège la fertilité, pour les cultures s’il porte un coq au sommet ou pour le foyer s’il se finit par un gland (qui était recouvert d’un mouchoir à la Saint Roch, le 16 août, lors de la bénédiction des attelages, car il s’agit d’un symbole phallique), il favorise des récoltes abondantes, protège le propriétaire, sa famille, son cheptel des mauvais esprits, des maladies, des famines. 
Certains décors attestent des vertus protectrices attribuées au subrejoug.
 
La taille du subrejoug varie en fonction de l’importance du bétail : le plus spectaculaire est porté par la plus belle paire de bœufs, menée par le bouvier le plus expérimenté. 
Viennent alors les vaches qui portent un plus petit subrejoug, à deux étages seulement et les génisses n’en ont qu’un seul.
Réalisés par les charrons, le subrejoug est dit monoxyle : il est réalisé dans une seule pièce de bois.
Lorsque la bûche a obtenue sa forme définitive, le charron dégage les ouvertures qui deviendront des fenêtres et évide l’intérieur du clocher. Ce travail demande bien sûr beaucoup d’adresse et de savoir faire, c’est pour cela que les historiens pensent que très peu de subrejougs ont été réalisés par leur propre utilisateur, même si il n’est pas impossible que certains l’aient fait.
Vous vous demandez certainement comment l'artisan insérait les clochettes ?
Un montant de fenêtre par étage était finement scié. Une fois la clochette installée et le travail d’évidage de l’intérieur soigneusement fini, le montant était replacé et les traces de sciage savamment camouflées, si bien qu’elles ne sont pas toujours décelables.
Les fenêtres sont disposées en quinconce d’un étage à l’autre et sont souvent au nombre de 6.
 
Les subrejougs sont réalisés dans divers bois locaux cependant un prédomine parmi tous, c’est l’orme. Il existe des subrejougs en frêne, surtout pour ceux provenant de la région du Savès, d'autres réalisés en chêne mais ce bois se fendille, mais aussi en châtaignier, en sorbier, en cerisier, en sycomore, en cormier, en poirier, en noyer et plus rarement en buis.
 
Il existe deux types de subrejougs qui se distinguent par leur forme et leur décor : les subrejougs provenant du Savès et les autres venant du Lauragais.
Les subrejougs du Lauragais sont étonnamment tous identiques.
La bobine de la base est longue et fine. Son corps ovoïde est volumineux et les clochettes sont bien apparentes. Les subrejougs de cette région sont hauts : presque 70 cm !
En terme de polychromie, les couleurs employées sont le rouge, le bleu, le jaune, le vert.
Entre chaque fenêtre, la partie de bois est suffisamment importante pour recevoir un décor repercé de cœur ou de triangle.
La partie haute du surjoug est appelée flèche. Elle est composée de 3 étages fortement moulurés : les deux premières sont à créneaux inversés qui pourraient s’imbriquer et qui représenterait un œuf qui éclot. Il s’agit d’un symbole de fécondité universel.
Cette flèche est toujours terminée par une boule qui est invariablement rouge, si ce n’est pas un coq (symbole de fertilité des terres et symbole chrétien fort. Le coq est aussi annonciateur du temps météorologique, de la mort, du jour qui se lève...).
 
Dans la région du Savès, le subrejoug est plus petit et trappu. Leur taille n’excède pas les 45 à 50 cm.
Il est en forme de fuseau mais de ce côté de la Garonne, les esprits ont été bien plus créatifs : chaque pays a donné naissance à un surjoug reconnaissable.
Il possède 3 étages et son corps est recouvert de lignes sculptées horizontalement de guillochages, de denticules, de chevrons et dès leur création, ils étaient presque tous polychromes.
Les couleurs employées sont les identiques à celles du Lauragais : rouge, vert, bleu, jaune, avec l’ajout de blanc cassé, de violet, du rose, de l’orange, du marron, parfois du noir en prime.
Au niveau de la flèche, vous retrouverez 4 ou 5 moulures travaillées, comme tout le reste du corps.
La flèche se termine par une poire, un gland, un cône, un champignon et  plus rarement une boule ou d’une flamme, qui est symbole de fécondité.
 
En ce qui concerne les gravures rencontrées sur les corps, voici un inventaire succinct et son explicatif.
L’arbre de vie représenté par une tige parsemée de lignes horizontales fines, comme un végétal, soit l’union du masculin et du féminin qui engendre la vie).
L’épi de blé (très facilement observable sur de nombreux modèles), représente la fertilité de la Terre, la terre nourricière, le terrain fertile, l’idée de bonne récolte.
Le cœur, représente l’amour, la fertilité de la femme, la fécondité, les enfants, la famille, la stabilité, la durabilité.
Le trèfle, représente le succès, l’argent, la réussite, l’intégrité sociale à l’époque, la fortune (chance).
Il existe des motifs sur certains surjougs dont personne ne connaît l’origine , ni la signification et qui restent à ce jour un mystère à résoudre.
 
(Éléments issus de http://fr.wikipedia.org/wiki/Surjoug).
 
De nombreuses informations nécessaires à la réalisation de cet article sont issues du petit ouvrage « Le Subrejoug », édité par Les Amis du Musée, Centre Musée Européen d’Art Campana
 
BIBLIOGRAPHIE 
 
Vous pouvez acheter un petit ouvrage très bien fait sur le sujet : 
Le Subrejoug 
Les amis du musée 
Texte de Georges Laborie 
Pour le prix de 8.00 € 
 
N’oubliez pas de visiter le musée dont voici les coordonnées 
Musée Européen d'Art Campanaire 
Place de l'Hôtel de ville - 32600 L'Isle-Jourdain. 
Tél : (00.33) 05.62.07.30.01 - Fax : (00.33) 05.62.07.12.22 
 
Regardez ce petit film, vous ferez la rencontre d’une personne attachante et attachée à son patrimoine ! 
http://www.dailymotion.com/video/x8fgpv_reportage-flypix-info-les-surjougs_creation

Galerie photos