Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Visiter la page Facebook Visiter la page Instagram Visiter la boutique Ebay
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet
AccueilActualitésLe saviez-vous : anecdotes autour de l'accouchement en Alsace

Le saviez-vous : anecdotes autour de l'accouchement en Alsace

18/12/2019

Le saviez-vous : anecdotes autour de l'accouchement en Alsace

Aujourd'hui, le troisième "le saviez-vous?" vient de paraître. 
 
"Le saviez-vous ?"
 
Partons en Alsace... et parlons de quelques traditions autour des accouchements.
Accoucher autrefois était une affaire de femmes!
La femme donnait naissance sur une chaise percée, assise, accroupie parfois, debout ou à genoux mais jamais allongée dans son lit pour ne pas le souiller.
Le moment venu, la matrone du village arrivait et plaçait des amulettes sous l'oreiller de la future maman. Et pour ne pas empêcher l'enfant de venir, on dénouait tous les liens de la maisonnée comme les lacets ou les rubans des tabliers et on laissait les serrures ouvertes... Mais il fallait calfeutrer les portes et les fenêtres pour empêcher les mauvais esprits de s'emparer de l'âme de l'enfant à sa naissance.
La maman n'assistait jamais au baptême de son enfant, qui intervenait au plus tard 9 jours après la naissance. Elle gardait le lit et restait à la maison sans sortir durant 40 jours.
Si une femme mourrait en couches, elle était enterrée à l'extérieur du cimetière, comme les voleurs ou les parias. Cette coutume avait cours dans quelques paroisses alsaciennes. Dans certains autres villages, on chaussait la défunte de ses souliers afin qu'elle ne s'écorche pas les pieds avec les ronces et les cailloux, pour son chemin vers le Paradis car le ciel restait ouvert 9 jours pour une femme ayant mis au monde un enfant.
Source : "Le puits et la cigogne, traditions liées à la naissance dans les familles juives et chrétiennes d'Alsace", Josie Lichti et Malou Schneider, Musée Alsacien de Strasbourg