Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Visiter la page Facebook Visiter la page Instagram Visiter la boutique Ebay
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet

Reliquaire femme

Ah! Voilà les nouveautés du mois de juin ...
Réf.17.01.180
Reliquaire recto-verso
Figurant sur une face une sainte femme ayant pour attribut un cadran solaire 
Composition faite d'une gravure pour le visage, les mains et le cadran solaire
Vêtements en tissu, bordés de papier doré.
Paysage de fond réalisé avec de la peinture 
Au revers, de nombreuses reliques et des noms manuscrits mais illisibles 
Verre, métal, tissu, papier, carton
Verre épais biseautés sur les bords
Cerclage en métal un peu lâche sur la partie haute du reliquaire
Cerclage accidenté en haut et motifs ajouré aplati sur un côté
Verre rayé et une rayure plus marquée sur 0.5 cm 
XVIIIème siècle 
Hauteur sans l'anneau : 8.5 cm
Hauteur totale : 10 cm 
Largeur : 7 cm 
 
Envoi de cette jolie pièce par La Poste, en Colissimo, pour 18.00 €.
Envoi possible par Mondial Relay, demandez-le moi avant d'acheter cette pièce. 
 
Si on apprenait plus au sujet sur les différents types de reliquaires : 
 
La forme la plus ancienne du reliquaire chrétien est la châsse (du latin capsa, « boîte », « coffre »), qui rappelle le cercueil primitif des martyrs, généralement un sarcophage, et contient leurs corps qui sont conservés dans leur intégrité. La réduction des corps à l'état d'ossements et leurs translations fréquentes en raison du développement du culte des reliques, inspirent en effet la confection d'autres types de reliquaires qui sont connus dès le VIIème siècle.
Le terme "reliquaire" s'applique théoriquement à tout récipient contenant des reliques, y compris les châsses, mais en pratique on le réservait à des coffrets et boîtes de plus petite taille qui ne contiennent pas le corps entier d'un saint.
On a parfois usé du terme grec de "lipsanothèque" (littéralement « armoire à reliques » comme l'Arliquiera du Vecchietta), pour qualifier des meubles ou des reliquaires destinés à recevoir plusieurs reliques.
Certains reliquaires portatifs destinés à l'exposition des reliques se sont appelés "monstrances". D’autres, épousant la forme de l'objet qu'ils contiennent, sont qualifiés de "topiques", comme les bustes-reliquaires et chefs-reliquaires qui contiennent généralement tout ou partie du crâne d'un saint, les bras-reliquaires, les membres-reliquaires, etc...
On appelle "staurothèque", au moins en milieu byzantin, un reliquaire contenant un fragment de la Vraie Croix.
Il existe enfin d'autres modes de conservation des reliques tels que leur insertion dans des regalia (sceptres, couronnes, mains de justice, etc.), ou leur usage comme talismans (dans des amulettes ou dans le fourreau des épées), qui sortent du cadre des reliquaires proprement dits.
 
Les reliquaires portatifs destinés à la dévotion personnelle sont d’une grande variété de formes et de matières. Charlemagne avait ainsi une relique dans la poignée de son épée Joyeuse. 
Informations issues du site Wikipédia 
Prix 450,00 €
Reliquaire femme  - Photo 1
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo
Reliquaire femme  - Photo