Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Visiter la page Facebook Visiter la page Instagram Visiter la boutique Ebay
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet
AccueilBoutiqueCéramiques régionalesPlat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie

Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie

Céramiques régionales
Réf.18.01.461
Plat à matafan
Terre vernissée 
Terre rose
Bord festonné
Riche décor : au centre une spirale orangée, dans un rond jaune, puis un semi de points jaunes
et de fleurettes.
Décor géométrique identique sur l'aile.
Nombreux éclats sur les festons
Deux éclats sur le fond du plat, dont un plus important
Traces d'usage (rayures) 
Signature incisée manuscrite au revers du plat : 
"Schlibs, Cognin, Savoie"
Savoie, 1920-1930
Diamètre : 31.5 cm
Hauteur : 4 cm 
 
Envoi de cette belle pièce uniquement par La Poste, en Colissimo, pour  15.00 € (envoi assuré)
 
Histoire de la famille Schlibs : 
 
Antoine Schlibs est né en 1790 à Lebus en Silésie, ville proche de Francfort sur Oder. Son père, le baron Friedrich Von Schlibs y possède une « Kachelofenfabrik », une fabrique de poêles en faïence
et c’est là que le jeune Antoine apprend le métier. La guerre contre l’Empereur des Français provoque sa mobilisation comme sous-lieutenant dans l’armée prussienne. En 1813, la défaite de Leipzig sonne le glas de l’Empire napoléonien et, en 1814, le jeune Antoine pénètre en France avec les troupes de la coalition. Les opérations l’amènent en Savoie, car des régiments de l’armée de Silésie y sont envoyés en renfort d’une armée autrichienne. Démobilisé après le traité de Paris et l’exil de Napoléon, Antoine Schlibs ne retourne pas dans sa Silésie natale. Il s’établit à Saint-Thibaud-de-Couz et, dans la pure tradition germanique, il y fabrique des poêles de faïence de grande
qualité : la manufacture prend rapidement son essor.
Dès 1824, Antoine diversifie son activité : il se met à fabriquer de la poterie à usage domestique plus
communément appelée « poterie savoyarde ».
En 1829, il épouse Louise Thonon issue d’une famille de potiers. Née à Nancy en 1809, elle a été modeleuse et décoratrice dans une faïencerie de Lorraine et pourra alors apporter tout son précieux savoir-faire à la jeune entreprise. C’est en novembre 1832 que la famille Schlibs vient s’installer à Cognin, à l’endroit où se trouve aujourd’hui le 55 route de Lyon. 
De l’union d’Antoine et de Louise naissent douze enfants dont cinq parviendront à l’âge adulte : deux filles, Bernardine, Anne, et trois garçons, François, Joseph, Antoine, tous potiers. En 1854, Antoine Schlibs décède et son épouse Louise va désormais diriger seule l’entreprise jusqu’en 1870.
En 1859, elle achète un terrain et fait construire à l’emplacement actuel du 5 rue de la Poterie une fabrique qui restera ouverte jusqu’en 1969. On est alors pratiquement passé au stade de l’industrialisation. La proximité de l’eau du canal est un atout non négligeable
Son fils François succèdera à son frère Antoine, jusqu’en 1907
A cette date, c’est le fils de ce dernier, Jean-Marie qui prend en main les destinées de la maison. C’est lui qui met au point un bleu particulier de belle qualité appelé « le bleu Schlibs ». En 1906, il épouse Reine-Blanche Barrel, fille d’un potier de Ruy dans l’Isère, et de ce mariage naîtront deux garçons, Antonin et Aimé. Ce dernier le remplacera en 1943 et jusqu’en 1969, date de la fermeture de l’usine, il sera le dernier représentant de cette longue dynastie d’artisans.
Au lendemain de la guerre, une évolution des méthodes de fabrication, les changements dans les goûts des acheteurs et l’apparition de nouveaux matériaux provoquent un déclin de la poterie traditionnelle d’art. De plus, le métier de tourneur perd de son intérêt.
C’est surtout le progrès technique qui donne le coup de grâce à ces productions.
 
Bibliographie : "Potiers et céramistes des Pays de Savoie, 1900-1960", Buttin et Pachoud-Chevrier, éditions du Vieil-Annecy, 2002 
Prix 120,00 €
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo 1
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo
Plat à matafan en terre vernissée, signé Schlibs,Savoie - Photo