Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
fr
Visiter la page Facebook Visiter la page Instagram Visiter la boutique Ebay
Sophie Sesmat,
spécialiste en arts
et traditions populaires
Menu
Rechercher un objet
AccueilBoutiqueOutils anciensPeigne à carder la laine, milieu XIXème siècle

Peigne à carder la laine, milieu XIXème siècle

Outils anciens
Réf.20.01.143
Peigne à cadrer la laine
Constitué d'un manche en bois et de 27 dents longues et pointues 
Les dents sont consolidées à la base du manche, sur les deux faces, par deux éléments en corne de caprin ou d'ovin.
Attaques d'insectes sur les parties en corne
Manche en bois cassé et restauré avec des tiges métalliques
Un trou au milieu du manche en bois et un autre à l'extrémité du manche, dans la masse de la branche
Trace de rouille sur les dents 
Très belle patine de cet outil ancien
France, provient de Sologne 
Milieu du XIXème siècle
Hauteur : 31 cm 
Longueur des dents: 19 cm depuis l'intérieur et 21.5 cm depuis l'extérieur 
 
Envoi de cet outil par Mondial Relay, pour un coût de 6.95 €.
Envoi possible et assuré en Colissimo assuré pour 13.15 €.
Pour cette option, merci de me prévenir avant de finaliser le règlement.
International buyers are always welcome.
Please feel free to ask to ask any question you may have. 
 
Quelques informations complémentaires sur cet outil ancien : 
 
On utilisait ce type de peignes pour peigner la laine avant l'opération du filage au rouet ou à la quenouille.
Deux peignes similaires étaient alors nécessaires. On encimait d'abord la laine en tapotant la laine mise à plat sur une table avec un épi trempé dans l'huile d'olive. Ce graissage de la laine, appelé "encimage", permet un travail plus facile. Le peigne est également huilé pour que la laine rentre mieux dans les dents.
Les peignes sont chauffés sur un foyer (en provençal : "fugoun") de peigneur de laine. Si ce n'est pas le cas, ils sont chauffés sur un poële à bois type trèfle. La partie en corne évite qu'ils ne prennent feu.
Une fois la laine encimée, on plante le peigne chaud dans le trou du "fugoun" ou dans un trou fait à une table percé à cet effet, ou un tout autre système pour maintenir le peigne en place, dents vers le haut, de façon à pouvoir travailler avec les deux mains.
On fait rentrer la laine peu à peu dans les dents du peigne, jusqu'à ce que celles-ci soient entièrement chargées. On utilise ensuite le deuxième peigne chaud perpendiculairement au premier. On le repassant sur le premier peigne.
On tire enfin la laine peignée de chaque peigne avec les deux mains obtenant une nappe de fil qu'on enroule sur elle même (en provençal "lou trachèl"). Ce qui reste dans les peignes est le grossier de la laine (en provençal "lei pignoun").
Informations issues du site :  http://www.maison-nature-patrimoines.com/
 
Prix 160,00 €
Peigne à carder la laine, milieu XIXème siècle - Photo 1
Peigne à carder la laine, milieu XIXème siècle - Photo
Peigne à carder la laine, milieu XIXème siècle - Photo
Peigne à carder la laine, milieu XIXème siècle - Photo
Peigne à carder la laine, milieu XIXème siècle - Photo
Peigne à carder la laine, milieu XIXème siècle - Photo
Peigne à carder la laine, milieu XIXème siècle - Photo
Peigne à carder la laine, milieu XIXème siècle - Photo
Peigne à carder la laine, milieu XIXème siècle - Photo
Peigne à carder la laine, milieu XIXème siècle - Photo
Peigne à carder la laine, milieu XIXème siècle - Photo
Peigne à carder la laine, milieu XIXème siècle - Photo
Peigne à carder la laine, milieu XIXème siècle - Photo
Peigne à carder la laine, milieu XIXème siècle - Photo
Peigne à carder la laine, milieu XIXème siècle - Photo
Peigne à carder la laine, milieu XIXème siècle - Photo
Peigne à carder la laine, milieu XIXème siècle - Photo
Peigne à carder la laine, milieu XIXème siècle - Photo